It is currently 03 June 2020, 11:09

  • Administrator
  •  
    Le forum de Blind-Guardian.fr est fermé ! Plus d'informations sur cette annonce.
     

Nightfall On Fëalarte

Venez parler de tout (en évitant de trop flooder ;-))

Nightfall On Fëalarte

Unread post Post #1 by Hayastan » 03 March 2008, 13:15

Vous avez peut-être aperçu Setârehye Chab ; j'ai enfin fini la suite, le deuxième tome de Blind Eyes (Nightfall On Fëalarte). Voici les notes habituelles concernant les emprunts, la liste des persos, et le récit (41 chapitres, comme le précédent)

Notes :
Les noms des personnages et des régions de Neverland, ainsi que les termes Neverland, Otherland et des parties de récits, sont inspirées des chansons de Blind Guardian. J'ai cherché tout d'abord à rédiger un livre en me basant sur leurs textes, puis j'ai ensuite eu l'idée de croiser les deux mondes. Par la suite j'ai fait des recherches sur les sources d'inspiration d'Hansi Kürsch. Si vous voyez des ressemblances avec d'autres auteurs, n'y voyez pas de plagiat, ceci est purement fortuit. Lorsque j'ai recopié des extraits de leurs chansons, j'ai toujours annoté les références pour ceux qui seraient intéressés par les musiques. Le Serment est une réécriture libre de la traduction de The Soulforged (mais traduit par "la fausse âme", alors que ma traduction officielle est "l'âme forgée").


Nightfall On Fëalarte : Personnages.

Neverland

Erekse (Hawkmoon ou Erekosë)
Fondateur de la capitale des Red fields of none (Erkshator), immortel, c'est le père de Necia. Ex-Gardien du Cercle Araman, il se vit damné et chassé par Fëanor, son rival éternel. Ce dernier captura son Aveugle, Shodan, qu'il lui rendit en échange des trois Silmarils. Il a des visions récurrentes, qui lui permirent de faire accéder Morgoth au pouvoir de la Plaine. Coléreux, il est aussi très attaché aux bonnes manières, et juge les gens insolents comme étant des imbéciles. Il a commis trois déicides, et possède un carnet nommé Mémoires de l'Ombre.

Arjavh
Seigneur des Red fields of none, fondateur d'Arjëate, c'est le jeune frère d'Erekse. Il a lui aussi des visions, et peut lire les consciences. Il est à l'origine de la modernisation de ses terres, et passa des accords secrets avec Beren et Fëanor afin de protéger son peuple du monde extérieur ; accords qui furent rompus par Elric à la mort de Beren. Il apprécie beaucoup Necia, et la couvre toujours en cas de problèmes. Il s'impose en Neverland grâce à sa grande puissance magique. On le surnomme "l'Infrangible".

Necia
Fille d'Erekse et d'Arda ; elle a longtemps grandi auprès d'Elric, qu'elle croyait être son père. Aventureuse, elle revient aux Red fields of none après la guerre de 4627 afin de retrouver les siens. Très cynique, elle est du genre à cacher ses sentiments, et renferme une passion secrète pour Fëanor. C'est une grande amie de Morgoth, et une experte au sabre. Elle s'est vue confiée un sabre magique, Eisfunke. Elle a beaucoup voyagé de par Neverland, et ainsi possède de vastes connaissances sur son monde.

Fëanor
Autocrate régnant sur tout l'Araman après la mort de Noldor, qu'il a décapité ; il est le fondateur de la Glorieuse Fëalarte, qu'il proclama unique capitale Aramanéenne. Il a pris la place d'Erekse en tant que Gardien. Elevé par Valinor, puis ex-Mage rouge banni de son titre par Noldor pour trahison, c'est un excellent Forgeron. Il a forgé lui-même son sabre, Stormbringer, doté d'une puissance magique dévastatrice. Après avoir tué Arvin durant la guerre, il avoua la vérité sur le serment à un voyageur. De par ses liens avec Valinor, il a longtemps fait commerce avec l'Avalon.

Morgoth (alias Sammy)
Au départ étudiant en dracologie et tuphologie, il se fit entraîner par Hawkmoon à travers une quête lui donnant accès au pouvoir de la Plaine. C'est au cours de cette quête qu'il devint Gardien du Cercle Tanelorn après qu'Ilian lui confiât Bedoune. Il tua Tanglebones, et bannit Elric. Il est le fils de Valinor et Cassandra, tous deux succombés durant la guerre. Il garde néanmoins une relation privilégiée avec Fëanor, qui l'aide à poursuivre ses études tout en dirigeant l'Avalon.

Elric
Ex-Roi de Melnibon, exilé par Morgoth en Eldar, il prit le contrôle d'Eldigon. Longtemps considéré comme le père de Necia, il décide d'ouvrir l'Eldar au monde extérieur en construisant des ponts vers les autres continents et en abolissant les frontières avec les Red fields of none. Très vite, Fëanor et Arjavh agissent pour que ses projets n'aboutissent pas. C'est un despote tyrannique, qui juge que faire régner la terreur est le meilleur moyen de contrôler un peuple.


Otherland

Arvin Khomeyni
Arrière-petit-fils de l'Ayatollah Ruhullah Khomeyni, étudiant en langues à l'université d'Ispahan, il parle couramment quinze langues vivantes et trois langues mortes. Considéré comme un crétin pour la plupart, il a vécu la moitié de sa vie seul. Relativement insolent, n'hésitant pas à commenter tout ce qui l'entoure ; il est tombé dans le lac de lave à Fëalarte, puis est devenu immortel. Actuellement, personne ne sait où il se trouve.

Marjane Khastani
Etudiante à l'université d'informatique d'Ispahan, elle fut contrainte de fuir l'Iran après qu'on eût découvert Blindation, le système d'exploitation le plus puissant au monde. Après avoir vu Fëanor tuer Arvin, après être partie de Neverland, elle suivit Akira à Sapporo. De là, ils ont fait commercialiser Blindation, et elle a été autorisée à regagner Ispahan. C'est la meilleure amie d'Arvin et d'Akira, et la soeur de Siavash.

Akira Murasaki
Etudiant à l'université d'informatique et d'électronique de Sapporo, il a vu ses parents mourir, avant de devenir aveugle. C'est un programmeur hors-pair, mais relativement fantaisiste. Il a crée toutes les pages de codes nécessaires au fonctionnement de Blindation, un OS sans aucune faille. Avec son meilleur ami Takeshi, il l'a très vite répandu sur Internet, ainsi que ses précieuses données sur Microsoft, et permit à Marjane de rentrer librement à Ispahan, là où il la suivit.


Entre les deux mondes

Voyageur inconnu
Ce mystérieux personnage apparaît à partir du chapitre 33 de Setârehye Chab. Il lit le serment caché, puis récolte les témoignages d'Ilian, Rivéda et Fëanor avant de tout avouer à Hawkmoon, à qui il a donné les Mémoires de l'Ombre. Puis, il est retourné en Otherland dire la même chose à Marjane. On ne peut dire s'il est originaire d'Otherland ou de Neverland.
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #2 by Hayastan » 03 March 2008, 13:16

Chapitre 0 (L'Institut d'Arjëate)

La guerre était finie. Les deux tyrans de ce monde avaient péri. Des secrets avaient été révélés.
"C'était Arda"
"C'est Erekse"
"Tu vois Elric avec Arda?"
"Je connais tes véritables parents"
-Debout Necia, tu vas être en retard!! hurla Erekse.
Necia était retournée vivre aux Red fields of none, avec son père, à Erkshator. En comparant le niveau de réussite des deux Instituts, il avait préféré l'envoyer étudier à Arjëate. Elle devait ainsi prendre le tramway tous les matins pour aller en cours, et tous les soirs pour rentrer.
Un Institut, en Neverland, c'est l'équivalent du système scolaire en Otherland. Les enfants y rentraient dès l'âge de cinq ans et n'en ressortaient qu'à vingt-quatre ans. Dans un Institut, divers cycles existaient : le Préparatoire, de cinq à dix ans ; le Secondaire, de onze à seize ans ; et le Supérieur, de dix-sept à vingt-quatre ans. L'âge où les étudiants n'allaient plus à l'Institut dépendait de leur formation. Necia, pour sa part, suivait une formation en sciences sociales. Au programme, par période, elle avait sept heures de philosophie, sept heures de littérature, dix heures d'histoire, huit heures de géographie, neuf heures de sciences sociales étrangères (Otherland), six heures de persan, cinq heures d'anglais, quatre heures d'arts, cinq heures de sciences culturelles, et enfin cinq heures de sciences culturelles étrangères. Le reste du temps, elle avait quelques heures de libre dans son emploi du temps. En sciences sociales, elle avait les Red fields of none en majeure, et Araman en mineure, tout comme en sciences culturelles. Le dixième jour de chaque période était libre ; les étudiants pouvaient rester chez eux. Necia, elle, était en première année de Supérieur.

Elle se dépêcha de se préparer, prit son sac, attrapa une pomme sur la table de la cuisine. Thorin l'interpella :
-Tu ne manges pas?
-Suis en retard!
Elle se dirigea vers le tramway, montra sa carte au chauffeur et monta s'asseoir. Au lieu de payer trois crystals chaque fois qu'elle avait à se déplacer, elle avait une carte qu'elle montrait en montant qui lui assurait la gratuité car elle étudiait hors de sa ville. Une fois arrivée à Arjëate, elle courut vers l'Institut.
-Tu es pile à l'heure. Tu as eu de la chance.
-Salut, Yishana.
Yishana était la meilleure amie que Necia avait sur le campus. Elle vivait à Arjëate, près de l'Institut.
-On a quoi, là? s'enquit Necia.
-Deux heures de géographie. Au fait, tu as fait la cartographie sur les reliefs?
-Et merde...
-Mais enfin, tu penses à quoi? C'est relevé, noté et ça compte pour le contrôle continu! Tu le veux, ton diplôme, oui ou non?
-Erekse m'a pris la tête hier. J'ai oublié, c'est tout.
Alors qu'elles montaient dans leur salle de cours, Yishana siffla :
-Parmi tous les mecs qu'il y a sur le campus, y'en a pas un qui t'intéresse?
-Non.
-Même pas...
-J'en aime un autre. Mais il vit pas ici.
-Il vit où ça? A Erkshator?
Necia n'en dit pas plus. Elles s'assirent au fond de la classe, et Necia commence à faire tourner son crayon sur son pouce.
-Qui peut me dire les pourcentages de terres et de mers de Neverland?
Personne ne broncha.
-Bien, alors je vais interroger au hasard. Necia?
Elle fit tomber son crayon et grinça :
-Et merde...
-Pardon? Tu as dit quelque chose?
-Non, rien. Euh... Cinquante-cinquante?
-Cinquante deux pourcent de terres et quarante-huit de mers ; voyons, ce n'est pas compliqué! Ils apprennent ça en Préparatoire!
-Alors pourquoi nous poser la question?
Le professeur n'ajouta rien d'autre, et se contenta de dire :
-Vous sortez vos cartographies, et vous me les rendez, merci.
Alors qu'elle passait dans les rangs :
-Necia, tu me montres ta cartographie?
-Je ne l'ai pas faite.
-Pourquoi?
La question que redoutait Necia. Pourquoi? Fallait-il se justifier en permanence? A quoi cela servait-il donc?
-J'ai eu quelques problèmes avec mon père hier.
-Ce n'est pas une raison.
Et la réponse qu'elle redoutait tant. Ce n'est pas une raison. S'ils voulaient une justification, alors pourquoi ne s'en contentaient-ils pas?

A la fin de la journée, elle reprit le tramway en direction d'Erkshator. Une fois rentrée, elle se fit jovialement accueillir par Erekse :
-T'as encore failli être à la bourre, feignasse!!
-C'est pas la peine de gueuler.
-Je gueule si je veux, je suis ton père!
-C'était bien mieux avec Elric...
Et elle remonta dans sa chambre en claquant la porte.
-Voyons, Erekse ; siffla Thorin. Tu es de plus en plus énervé. Comment se fait-il?
-Tout ça à cause de l'autre, là... Il m'a vraiment soûlé!! Père, penses-tu qu'il est encore vivant? Cela ne se peut pas! Tu as bien vu Fëanor le tuer!!
-Fëanor t'a dit que tu avais brouillé ta vision. Il ne se trompe jamais. Et ne se cache pas derrière des mensonges.
-Ben vas-y, adopte-le tant que t'y es! Pour toi, Fëanor c'est le mec parfait, alors vas-y, te gêne pas!
-Valinor devait être très fier... Mais, s'il a confié Fëanor à Noldor, ce n'est pas par haine. C'est sous la menace. Noldor menaçait de ravager toute la Plaine, et de tous les assujettir, si Valinor ne lui laissait pas Fëanor. C'était un jeune garçon exceptionnel, très doué aux armes et en compétences magiques.
-Et ça repart pour les discours encomiastiques...
-Tu devrais apprendre à mieux le connaître.
-C'est cela. En tout cas, qu'il ne s'approche plus de ma fille. Maintenant qu'elle reste aux Red fields of none, il n'a aucune chance... Et il lui veut quoi, au juste, hein? Elle n'a que dix-sept ans!
-Il cherche peut-être quelqu'un à qui parler, maintenant que Valinor n'est plus.
-Je suis désolé, mais Valinor était encore vivant quand il a commencé à lui parler!
-Laisse tomber, Erekse. Ca n'en vaut pas la peine. Laisse-la vivre! Elle est majeure, après tout. C'est ce qu'Arjavh aurait fait.
-Après Fëanor, tu me rabâches Arjavh, le fils que tout le monde rêverait d'avoir?
-Je n'ai pas dit ça. Maintenant, monte te coucher.
Erekse remonta, lança "Tu fais tes devoirs, Necia!" et s'enferma dans sa chambre. Il entendait Thorin faire les cent pas au rez-de-chaussée. S'allongeant, il ferma les yeux et se laissa bercer dans ses visions.
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #3 by Hayastan » 03 March 2008, 13:16

Chapitre 1 (Affres et véracité)

Le lendemain, Necia, qui n'allait pas en cours, se fit réveiller par un bruit étrange. Elle dévala l'escalier, jeta un coup d'oeil à l'horloge et cracha :
-C'est trois heures et j'ai pas cours!! J'aimerais bien dormir, pour une fois!!
Arjavh rentra dans la maison, la vit et siffla :
-Parfait, Necia ; je vois que tu es réveillée...
-C'est toi qui fais tout ce tapage?
-Viens dehors, j'ai quelque chose pour toi.
Arjavh l'entraîna hors de la demeure et désigna une imposante créature, la peau d'un bleu sombre, les yeux dorés.
-Un dragon??
-C'est pour toi, Necia.
-Non mais ça va pas bien la tête? invectiva Erekse qui venait de sortir. Elle est bien trop jeune pour posséder une telle créature! Attends une minute...
Erekse mira le dragon, et disparut. Necia, s'avançant vers le dragon, grinça :
-Il est allé voir qui?
-Morgoth. C'est vrai qu'il s'y connaît en dracologie. Il pense que l'expéditeur est Fëanor.
-Ce n'est pas toi?
-Ce type de dragon ne vit qu'en Araman uniquement. C'est Fëanor qui m'a dit de te le confier.
Arjavh la regarda gravement, et suivit :
-Qu'y a-t-il entre toi et Fëanor?
-Rien! Il n'y a rien!
-Je sais que tu te caches. Ce qu'il y a entre vous deux, c'est bien plus concret que vous ne pussiez l'imaginer.
-Tu n'en parleras pas à Erekse?
-Il n'en saura rien.
-Je l'aime vraiment, ce n'est pas futile!
-Tu aimes qui? requit Erekse qui venait de revenir. Au fait, fais gaffe ; que je n'apprenne pas que ce dragon vienne de chez Fëanor.
-Je suis allé le chercher en Araman, contesta Arjavh.
-Bien... De qui parliez-vous?
-Un étudiant, à Arjëate.
-C'est bon. Pendant un moment, j'ai eu peur que...
-Bien, je m'en vais.
Necia enfourcha son dragon, partant vers l'est. Elle n'en avait jamais dirigé auparavant, et cela lui semblait plutôt facile. Elle atterrit au bas d'un glacier, s'assit et se laissa aller dans ses pensées. Et finit par s'endormir.
Un homme s'approcha, la prit dans ses bras et l'emmena chez lui. Il la déposa dans un fauteuil près du feu et redescendit.
Lorsqu'elle se réveilla, elle trouva la maison vide. L'homme qui l'avait ramenée remonta, et siffla :
-Il ne faut jamais s'endormir dans le froid. Qu'es-tu venue faire à Fëalarte?
-Je voulais m'isoler...
-Erekse t'énerve à ce point?
-Je suis mieux avec toi, Fëanor. J'en ai assez de me faire engueuler en permanence.
-Et tu es bien la seule...
-A en avoir assez de se faire engueuler en permanence?
-Non, à m'apprécier.
-Et Valinor?
-Il me dépréciait. Sinon, il ne m'aurait pas laisse entre les mains de Noldor.
-Il n'avait pas le choix.
-Mais bien sûr que si!
Necia réfuta. Elle se rapprocha de Fëanor et lui susurra :
-J'ai entendu Erekse et Thorin converser hier. Il semblerait que Noldor menaçait la Plaine de ravages et d'assujettissement si Valinor ne te livrait pas à lui. Tu es un être exceptionnel, Fëanor. C'est pour ça que Noldor te voulait. S'il ne t'a pas rappelé à l'ordre lors de ta fugue, c'était pour mesurer ton potentiel, rien de plus.
-Est-ce vrai? Non... Alors il voulait simplement se servir de moi? J'aurais dû m'en douter, je pensais qu'il ne m'aimait pas. Mais il détestait tout le monde! Et dire que la dernière chose que j'eusse dit à Valinor avant qu'il ne fût occis n'était que ma hargne, ma haine, et sa pusillanimité, sa veulerie d'un tel acte!
-Ce n'était pas ta faute, tu ne pouvais pas savoir.
-Je ne sais vraiment pas ce que je deviendrais sans toi.
-Tu t'en es bien sorti jusqu'à présent.
-Nonobstant... Je n'avais personne à qui parler de tout cela. J'étais seul.
-Tu penses que les gens te détestent car tu ne leur fais pas confiance. Mais tu saurais te faire apprécier si tu ne restais pas renfermé sur toi-même!
-Si tu le dis...
-Encor merci pour le dragon. Bien, il se fait tard ; il faut que je rentre à Erkshator. L'autre va se demander où je suis encore passée.

Les mains tremblantes, Erekse se saisit des mémoires. Il ouvrit le carnet, et le referma aussitôt. Si, lorsqu'il l'avait vu lui tendre les mémoires, il avait trouvé ce geste futile ; à présent il avait peur. Sans aucune raison. Pourquoi avoir peur d'un être stupide et de ses dires insanes? Pourquoi se refuser à les lire? Le Vide était-il si profond ; entre ce que lui prétendait, et ce que Fëanor clamait? Tout ce qu'il a revendiqué, l'Histoire, ses visions, son récit, tout était-ce aussi véridique qu'il ne le prétendait? Erekse n'avait pas peur de la véracité. Ce qui l'effrayait, c'était comment Fëanor la formulerait. Un mot dit par Fëanor, et les dires d'Erekse étaient remis en cause. En particulier après la guerre de 4627. Présentement, à la fin du deuxième mois de l'année 4628, les peuples réalisaient les actes déplorables, abominables, exécrables, qu'avait commis Noldor. Fëanor, et son autocratie libre, la glorieuse Fëalarte, apparaissaient ainsi comme l'espoir de ce monde. Ainsi les populations ne juraient plus que par cela. Si Fëanor jugeait bon de faire telle ou telle chose, alors tout Neverland s'exécutait. Un seul peuple n'avait jamais dépendu de Fëanor en ce monde ; ces terres-là étaient contrôlées par un autre autocrate. Arjavh, le jeune frère d'Erekse. Toujours en quête de justice, vérité et perfection. Tels étaient les deux ennemis intimes d'Erekse : Arjavh l'Infrangible et Fëanor l'Altier. Un troisième ennemi demeurait en Otherland : Arvin Khomeyni. Encore plus haï qu'Arjavh et Fëanor réunis, il représentait, pour Erekse, le rebut type de la société. Ce n'était qu'un crétin, toujours à se pavaner, de savoir ci ou ça, et moi je le sais, et pas toi, etc... Et le pire était qu'on l'appréciât davantage qu'Erekse. De plus, il en avait appris de belles à son sujet. Il était venu le lui dire, chez lui, aux Red fields of none, à Erkshator. D'après lui, Arvin serait immortel. Tombé dans le lac de lave à Fëalarte. Et ce par Erekse lui-même. S'il ne l'avait pas menacé, il n'aurait jamais sombré dans ce lac, et Fëanor l'aurait véritablement tué. Où demeurait-il à présent?
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #4 by Hayastan » 03 March 2008, 13:17

Chapitre 2 (Confessions)

Au début de la troisième période, Erekse vint secouer sa fille, toujours endormie.
-M'enfin, Necia, t'as pas entendu le réveil? Tu vas encore être en retard!! Les vacances, c'est dans six périodes seulement!!
Le temps que Necia se préparât, il lui tendit une galette de pain, et lança :
-Tiens, tu mangeras ça dans le tram.
Et alors qu'elle sortait, il la rappela :
-Au fait, faudra que tu me présentes ton copain.
-Qui ça?
-Celui qui vit à Arjëate.
-Necia ne répondit pas et courut prendre le tramway jusqu'à l'Institut. Là-bas, elle retrouva Yishana, debout devant la liste des professeurs absents.
-Yes! Regarde, Necia ; la prof de sciences culturelles n'est pas là aujourd'hui!
-Et dire que j'ai urgé pour arriver à l'heure... Si j'avais su, je serais restée au lit.
-Regarde le bon côté des choses, au moins on ne passera pas deux heures à écouter les principes et l'évolution de la modernisation des Red fields of none!
-Tu viens?
Elle partirent dans un patio, s'assirent, et Yishana reprit :
-Au fait, tu ne m'as toujours pas dit qui t'aimais? Il vit où? Il est mignon? Il a quel âge? Il est à Arjëate? A Erkshator?
-Non, à Fëalarte. Il est très séduisant, et c'est un Forgeron hors-pair. Il a vingt-six ans, c'est lui qui m'a fait Eisfunke.
-C'est qui? Je le connais?
Les yeux à terre, la voix vibrante, Necia susurra :
-C'est Fëanor.
Yishana resta interdite un long moment. Puis, scrutant Necia attentivement, elle siffla :
-Fëanor? L'autocrate Aramanéen? Celui qui dirige la glorieuse Fëalarte? Celui qui a tué et décapité Noldor? Celui qui collabore avec Arjavh? Celui qui a forgé Stormbringer? Celui qui connaît les pouvoirs secrets des Silmarils? C'est de ce Fëanor que tu parles?
Necia acquiesça. Yishana reprit :
-Comment se peut-il...?
-Je suivais Erekse dans la quête de Morgoth. On est arrivés à Fëalarte. Et c'est là que je l'ai vu. Il était si... si magnifique! Et... Il m'a conviée chez lui, pour me confier une Silmaril. Il n'est pas si... si malveillant qu'on le prétend!
-Tu l'aimes vraiment? (Necia confirma). Alors, qu'attends-tu pour le lui dire?
-Et si ce n'était pas réciproque? C'est l'autocrate de tout un continent! Et moi, je ne suis qu'une simple étudiante.
-Mais tu es la fille d'Erekse, frère d'Arjavh, le principal allié de Fëanor!
-C'est Erekse qui ne sera pas content! retentit une voix derrière elles.
Necia et Yishana se retournèrent lentement.
-Bonjour à vous, Seigneur Arjavh, des radieuses terres ardentes.
-Pas tant de cérémonies avec moi, Yishana. Tu es la meilleure amie de ma nièce, après tout.
Arjavh fit signe à Yishana de partir, s'assit près de Necia et suivit :
-Tu sais très bien que ton père et Fëanor se détestent.
-Que fais-tu ici?
-Je viens m'assurer que tout va pour le mieux dans mon Institut.
-Je n'y peux rien si j'aime Fëanor mais que ce n'est pas le cas pour Erekse ; c'est incoercible!
-Tu l'aimes vraiment?
-Oui!!
-Ce soir, tu prends ton dragon, et tu fonces tout lui avouer à Fëalarte!
-Comment...? Comme ça, direct? Et... et Erekse?
-Je lui dirai que tu dors chez ton copain d'Arjëate. A présent, va en cours, tu vas être en retard.

Deux hommes étaient haïs d'Erekse en ce monde. Le premier était Arjavh, son jeune frère. Le second était Fëanor, son rival éternel. Ils étaient comme deux courants antagonistes, nonobstant complémentaires, s'assemblant afin de lui rendre la vie impossible. Arjavh était la Glace, et dirigeait les terres embrasées Erfoniennes(1). Fëanor était le Feu, et dirigeait les plaines gelées Aramanéennes. Arjavh reflétait la rudesse de ses dires et la froidure de son esprit ne revendiquait que justice et pouvoir. Fëanor feintait la faroucherie des flammes fendant le feu des affres consumant son âme, et forgeant et frappant les consciences en Neverland. Tous deux de toute beauté. Ils reflétaient leurs éléments. Arjavh avait les cheveux lui tombant juste au-dessus des épaules, d'un blond cendré, les yeux turquoises. Il était très distingué, avec beaucoup de classe. Fëanor avait une longue chevelure brune, les yeux gris, brillant d'une lueur rouge par moments. Il n'avait pas l'élégance d'Arjavh, c'était une beauté sauvage. Arjavh était réservé, Fëanor était fier. Ils dirigeaient tous deux des autocraties libres, mais pas de la même manière : Arjavh possédait l'Assemblée se divisant en deux partis : le Parti Embrasé et le Front Glaciaire, ainsi que l'Inquisitoire, le tribunal Erfonien ; tandis que Fëanor gouvernait avec une secte, le Conseil des Sages. Le grand projet d'Arjavh était de moderniser les Red fields of none, et de créer plus d'ouvertures avec le monde extérieur. Ce que Fëanor souhaitait, lui, c'était l'urbanisation de tout l'Araman, ainsi que la sédentarisation des tribus nomades. Ce qui insupportait Erekse n'était pas qu'ils eurent tous deux gloire et pouvoir. Non, ce qu'il ne supportait pas, c'était qu'ils s'en sortaient toujours bien mieux que lui.
Une vision s'offrit à lui. Necia dans le campus des Red fields of none, un garçon avec elle. Et la voix d'Arjavh, résonnant :
"Necia reste dormir chez son copain, à Arjëate".
-Bien! s'exclama Erekse.
Il sortit, et partit faire le tour du lac. Il se souvenait. Dans un temps ancien, il rendait visite à Necia parfois, à Elirate, se prétendant ami d'Elric. Jadis, elle était ravie de le voir. Nonobstant, aujourd'hui...
--
1 -> Des Red fields of none
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #5 by Hayastan » 03 March 2008, 13:18

Chapitre 3 (Regrets)

Akira venait d'achever de transférer ses affaires à Ispahan. Marjane revint dans l'appartement, effarée :
-Va falloir que tu m'aides à payer tout ça, Akira. Je te l'avais dit : un an de loyer en retard! Pourtant mon propriétaire savait que j'avais fui car j'étais recherchée! N'est-ce pas? Il le savait?
-Je n'en sais rien. Je vais apprendre à parler le persan, puis je verrai si je ne peux pas venir avec toi à l'université.
-Pourquoi suivre des cours d'informatique? Tu es bien meilleur que les profs!
-Peut-être, mais je n'ai pas de diplôme. Et c'est le principal critère d'embauche.
-Attends, me dis pas que...
-Aveugle ou pas, faut bien que l'argent rentre. Je ne compte pas rester enfermé ici ou aller me promener dans les jardins pendant que tu t'acharnes au travail. Je peux faire ma part, je ne suis pas un incapable!
Et alors que Marjane allumait son ordinateur et mettait de la musique, il siffla :
-Et ça repart pour Hansi Kürsch en force toute la journée... Si tu me cherches, je suis dehors.
-Si tu veux, je peux mettre autre chose.
-Ca n'a rien à voir. Mais, je veux aller entendre les gens parler. C'est la meilleure façon d'apprendre une langue.
-Bien, comme tu voudras.
Marjane monta le volume au maximum, faisant s'énerver les voisins qui commençaient à taper contre les murs.
-Allez-y, explosez-vous les poings, j'en ai rien à faire. Je suis enfin de retour à Ispahan, et bel et bien libre!
Akira, pour sa part, partit faire le tour de la ville. Il s'arrêtait régulièrement écouter les conversations. Chaque fois qu'il retenait un mot, il le notait sur son cellulaire. A son retour, il s'enquit :
-Marjane?
-Oui, je suis toujours là.
-Tu peux me dire ce que signifie ce mot?
-Fardâ? Ca signifie demain.
-Ah, d'accord. Et derakht?
-Ca signifie arbre. Si tu veux, je peux t'apprendre le persan, tu ne pourras pas te contenter de mots de vocabulaire pioches çà et là.
-Tu as raison, merci à toi.
-Je peux bien faire ça pour toi, après tout, c'est grâce à toi que j'ai pu faire Blindation.
-Et ça se vend sacrément bien!
Marjane demeura silencieuse un moment. Puis, sortit sur le balcon, et se laissa aller.

"Cela ne se finira jamais".
Il était venu la trouver ici, à Ispahan. Il lui avait parlé. De la vérité sur Neverland, falsifiée par Hawkmoon, mais révélée par Fëanor. De la perpétuité des choses. Et laissant derrière lui un doute. Arvin avait-il survécu à Fëanor? Il lui avait dit que non. Et pourtant... Elle en était certaine, il ne pouvait pas avoir succombé. C'aurait été trop facile! En lui rendant son PDA, il lui avait laissé un bout de papier, disant "Depuis le feu ardent, la duplicité de l'âme nous illuminera. Depuis le feu ardent, l'Immaculée trahison régnera. Sans altérer les consciences, nous partirons". Elle ne comprenait pas ces paroles. Elle ne comprenait même pas tout cela. Il venait vers elle, lui annonçant ses découvertes, et il repartait aussi promptement qu'il était venu! Il s'était écoulé un an entre sa fugue et aujourd'hui, et cela ne lui semblait que quelques mois! Le temps passait si vite, en Neverland...
Et dire qu'elle ne soupçonnait même pas l'existence d'un tel monde! Elle pensait que seule la Terre, ou Otherland comme ils nomment son monde là-bas, était la seule planète à abriter la vie. La découverte d'un tel monde... Si les éminents scientifiques l'apprenaient, ce serait une révolution dans le monde de l'histoire, de la science et de l'Univers! Mais... Elle se devait ne rien dire à quiconque ; juste, garder ça pour elle.
Elle jeta un coup d'oeil en bas. Une voiture venait d'apparaître. Une voiture qu'elle avait déjà vu auparavant.
-Akira!!
-Quoi? Tu as vu quelque chose?
-Cette voiture, en bas...
Elle sortit de l'appartement et dévala les escaliers, Akira sur ses talons. Elle s'arrêta net devant la voiture.
-C'est une Porsche décapotable, bleue marine.
-Tu connais cette voiture?
-Bien sûr!! Elle appartenait à Arvin. Je ne comprends pas... Qui l'a mise là?
-Je n'en sais rien.
Elle scruta davantage, et prit un morceau de papier accroché au volant.
"Elle te sera bien plus utile qu'à moi, désormais..."
Elle prit son PDA et appela :
-Marjane? Non mais tu as vu l'heure?
-Il faut que je sache. Dis-le moi, Siavash ; est-ce toi qui as pris la voiture d'Arvin pour me la confier?
-Tu veux dire le bolide dans lequel il frimait devant les filles sur le campus? Non, je n'y ai pas touchée. Pourquoi?
-Quelqu'un l'a mise en bas de l'immeuble. Il y avait un mot avec.
-Ouais, et alors?
-Tu ne trouves pas ça étrange?
-Après notre excursion en Neverland, tu as bien des raisons de trouver tout étrange. Mais atterris, Marjane! Tu es de retour en Otherland, pardon, sur Terre!
-Non... Non, Siavash...
Elle marqua une pause et suivit :
-Cet homme, qui m'a tout révélé, il m'a donné un papier, et il avait la même écriture que celui qui a laissé la Porsche. Et... J'ai eu le temps de comparer ces deux écritures avec un essai en italien que m'a écrit... C'est la même écriture. Siavash... A présent, j'en suis sûre ; Arvin n'est pas mort dans la guerre du Cercle. Fëanor ne l'a pas tué. C'était un leurre... Il est encore... vivant...!
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #6 by Hayastan » 03 March 2008, 13:18

Chapitre 4 (Dicibilité)

Fëanor était rentré d'Arjëate diligemment, et fit aussitôt convoquer le Conseil des Sages. Il avait pris note sur une feuille empruntée à Arjavh, et, tandis qu'il mettait de l'ordre dans ses papiers, les membres du Conseil prirent place.
-Bienvenue à tous. Si je vous ai convoqués ici, c'est pour vous tenir au courant des actualités de Neverland, et d'agir en conséquence. L'ordre du jour concerne Elric. Il a l'intention d'abolir les frontières des Red fields of none. Cette affaire concernant le seigneur Arjavh en priorité, je lui laisse le soin de régler tout cela. Ce qui nous concerne, en revanche, c'est le fait qu'il fasse construire deux ponts, l'un allant en Tanelorn et l'autre donnant sur les Eisengebirge. Tout comme je le lui ai expliqué, je trouve cette idée complètement saugrenue, stupide et insane.
-Mais, la création de ponts pourrait entraîner une communication accrue et faciliterait grandement les transports!
-Ne te risque pas à dénigrer mes opinions, Alanna.
-Mais le but de ces réunions n'est-il pas de délibérer sur un sujet bien précis? Fëanor, savez-vous ce que le mot délibérer signifie? Que chacun puisse s'exprimer librement! Fëalarte n'est pas une dictature, que je sache?
-Alanna!! Comment oses-tu deviser de la sorte à ton Seigneur, jeune effrontée? Est-ce ainsi que tu appris à respecter à tes supérieurs? Et de plus, tu oses invectiver ma propre ville? La Glorieuse Fëalarte? Pars, avant de te faire occire! ordonna Fëanor, les yeux étincelants de rage.
Il pointa Stormbringer sur la porte, la faisant s'ouvrir, et Alanna partit précipitamment.
-Bien! Alors, où en étions-nous?
-Vous y êtes allé un peu fort cette fois-ci, Seigneur Fëanor, siffla Rivéda.
-Elle n'a que ce qu'elle mérite. Les personnes de ce genre n'ont pas leur place ici. Personne n'a d'autres revendications? Alors suivons.
-Nous pourrions détruire ce qu'Elric a commencé, je veux dire... Démolir les ponts?
-Bien vu, Terhali ; mais Elric est un obstiné, il construira et reconstruira, qu'importe que cela soit dispendieux. Il ne se décourage jamais.
-Et pourtant, il s'est bien fait chasser par Morgoth...
-J'évoquerai ce problème lors du Grand Conseil. Si je pose mon veto, et que Ilian en fasse de même, alors Elric devra renoncer à ses ponts.
-En avons-nous terminé pour ce soir?
-Tu es si pressé de partir? Non, j'ai un autre point à évoquer. J'ai la fierté de vous annoncer que notre glorieuse Fëalarte a été choisie pour accueillir la prochaine réunion du Grand Conseil, le 4/2/3/4628.
-Comment...? Mais c'est dans huit jours, si je ne m'abuse!!
-Je veux que vous donniez la meilleure image de notre ville, tâchons de faire bonne impression cette fois. Je me souviens d'une de ces réunions qui avait eu lieu à Noldegor, en 4486. C'était la plus déplorable que j'eusse jamais vu... Mais bon, vous connaissiez Noldor ; vous saviez comment était sa ville... Forcément, lorsque les membres du Conseil arrivent dans une ville crasseuse où règne la gangrène et où ils se font haranguer par les mendiants et les profanateurs, cela ne donne point envie d'y retourner... Bien, la réunion est terminée.
Et alors que les Sages quittaient le manoir, un dragon se posa sur la place centrale.
Une jeune fille se dirigea vers le manoir et attendit que Fëanor vienne lui ouvrir.
-...Necia?

Elle ne prononça pas un mot lorsque Fëanor la fit entrer. Il la conduisit dans le patio, et requit :
-Encore Erekse? Que veux-tu? Si c'est pour me demander de l'occire, cela ne rentre pas dans mes fonctions, bien que j'en meure d'envie.
Il la scruta et suivit :
-Eh bien, Necia ; tu es devenue aphone? Tu n'as pas l'air d'aller bien... Il ne t'a pas frappée, tout de même?
-Non... non...
Elle s'avança, le ceignant de ses bras. Et, sans rien ajouter d'autre, elle l'embrassa. Il ne tenta pas de la repousser, il la tint fermement et lui rendit son baiser. Ses mains tremblaient, mais elle ne vacilla pas. Enfin, il la stoppa, et siffla :
-Alors c'est cela?
-Je t'aime, Fëanor. Depuis la première fois que je t'ai vu, à Fëalarte, quand j'ai dit à Elric que j'étais en Avalon.
-Tu parles d'une rencontre... Tu croises un Ahriman, tu t'enfuis en courant et tu te heurtes à moi! se rit Fëanor. Mais à ce point... Tu sais très bien que ton père me hait. S'il apprenait ce que tu viens de faire, tu passerais un sale moment.
-M'en fous, il vit pas à ma place! Ce n'est pas son avis qui m'importe, mais ce que toi, tu en penses.
-Ce que j'en pense...
Il la ceignit et l'embrassa de nouveau.
-Je t'aime, moi aussi, Necia.
-Mais je ne peux pas rester à Fëalarte! Et si Erekse en venait à le découvrir?
-Tu ne lui dis rien. Et ce soir, quelle excuse as-tu inventée pour t'enfuir en douce?
-Arjavh lui a fait croire que je sortais avec un étudiant du campus, à Arjëate. Alors il lui a raconté que j'allais chez lui et que je rentrerai tard.
-Bien. Si tu veux, je te contacterai. Tu pourras venir à Fëalarte, ainsi on pourra se voir. Tu diras que tu restes chez ton "copain d'Arjëate". A présent, ce n'est pas pour te chasser, mais tu ferais mieux de rentrer chez toi. Il vaut mieux qu'Erekse ne se doute de rien.
Il l'embrassa de nouveau et elle ressortit du manoir, enfourcha son dragon et rentra à Erkshator. Dès son entrée, Erekse l'apostropha :
-Il est quinze heures et quatre-vingt minutes, tu te fiches de moi?
-Désolée...
-Alors, c'était comment?
-Enfin, Erekse ; laisse-la respirer! enjoignit Thorin.
-Très bien, maintenant va te coucher. Que je sache, tu as cours demain.

"Alors comme ça on se tape la nièce d'Arjavh??" songea-t-elle, mirant Fëanor rentrant chez lui.
Elle avait toujours son mot à dire, et n'hésitait pas à s'exprimer en public, certes. Mais là, nonobstant, il avait dépassé les bornes en la congédiant de la réunion. Elle savait qu'au fond d'elle, cette idée de ponts avec l'Araman et Tanelibon n'était qu'un caprice de plus de ce bon vieux Elric. Malgré cela, elle ne pouvait s'empêcher de s'opposer à Fëanor. Il l'insupportait, trop fier, toujours à se pavaner, faisant virevolter Stormbringer. Qu'avait-elle de si extraordinaire, cette lame? Elle avait tranché la tête de Noldor, elle avait commis plus d'un déicide, elle avait occis des peuples entiers, elle renfermait un pouvoir secret bien plus puissant que les trois Silmarils réunies! Rien de franchement exceptionnel... Et puis, les Sages... Terhali, toujours à faire son intéressant, à proposer des idées complètement tordues. Et Rivéda, toujours derrière Fëanor, tel un chien...
-Qu'est-ce que tu regardes, Alanna?
-Rivéda? Mais enfin, que fais-tu ici?
-Non... pas possible... Je rêve ou tu étais en train de lorgner Fëanor?
-Mais... mais pas du tout!
-Si je m'attendais à ce qu'il sorte avec la fille d'Erekse... S'il l'apprend, il va être furax! Il croit que Fëanor est un sale type, et s'il voit ça, il pensera que Fëanor sera infidèle, qu'il finira bien par la tromper un jour ou l'autre.
"Tiens donc..." songea Alanna.
-Et que fais-tu là?
-Je suis convoqué par Fëanor. Et je suis en retard.
Sur ce, Rivéda la laissa et partit.
Alanna resongea à ce qu'il venait de dire. Et si... Si elle s'arrangeait pour que Fëanor et Necia se voient dans un endroit où se trouvera Erekse? Il saurait ainsi que sa fille adorée fréquente son pire ennemi... Et ainsi, il tenterait de la protéger, de lui dire qu'il est malveillant et perfide...
"Et là, je m'arrange pour que Fëanor trompe Necia... Elle le laissera tomber incontinent et il en souffrira! Et moi, j'aurai ma revanche..."
-Si j'étais toi, je ne ferai pas ça...
Elle se retourna lentement.
-Seigneur Arjavh?
-J'ai eu une vision. De toi. Et de Fëanor. Et Necia, versant des flots de larmes... Il est hors de question que tu fasses souffrir ma nièce, ni mon meilleur ami. Sinon, tu entendras parler de moi... dans une éternelle géhenne...
-Co... comment? Et d'abord, qu'est-ce que tu fiches à Fëalarte?
-Je venais juste prévenir Fëanor que la réunion du Grand Conseil a été reportée au 9/1/3/4628, s'il n'en est pas molesté.
Sur ces mots, Arjavh se dirigea vers la demeure de Fëanor, laissant Alanna dans le frimas de la glorieuse capitale d'Araman.
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #7 by Hayastan » 03 March 2008, 13:19

Chapitre 5 (Espoir)

Le lendemain, Marjane courut à travers Ispahan jusqu'au campus universitaire. Elle entra dans le grand immeuble juste en face, monta les sept étages et frappa à une porte.
Pas de réponse. Elle tourna la poignée et entra.
-Arvin?
Personne ne lui répondit.
"J'aurais dû m'en douter, cela ne peut être qu'une coïncidence. Il est bel et bien mort durant la guerre..."
Mais ses pensées se fracassèrent voyant un homme doté d'une cape marron dans le salon. C'était lui. Le mystérieux inconnu qui était venu tout lui avouer.
-Vous... Je vous ai déjà vu quelque part...
Le voyageur ne broncha pas. Marjane suivit :
-C'est vous! Vous qui m'avez abordée dans la rue, le mois dernier, qui avez pris mon PDA et m'avez tout raconté sur Neverland ; vous qui les avez fait chanter ; vous qui avez écrit ces fameuses mémoires...
-Je te l'ai dit, ne cherche pas. Contente-toi de ce qui est, pas de ce qui était.
-C'est vous qui avez mis la Porsche devant mon appartement. Répondez! Arvin est vivant, je le sais ; dites-moi tout ce que vous savez!!
Elle en avait les larmes lui montant aux yeux. Elle le fixa d'un air comminatoire et hurla :
-Si vous savez quelque chose, dites-le moi!! Si j'ai encore une chance pour...
Le voyageur disparut avant qu'elle n'eût achevé sa phrase. Que faisait-il donc là? Il la suivait, elle en était sûre. Elle se retourna. Et scruta autour d'elle. Personne.
Il devait sûrement l'espionner, la surveiller en permanence. Elle n'était pas à l'abri. Que devait-elle faire? Fuir de nouveau Ispahan? Elle réfléchit deux secondes. S'il pouvait se téléporter, alors il pourra la suivre où qu'elle aille. Elle n'était en sûreté nulle part... A moins que...
Si le Cercle était ouvert, et qu'elle retournait en Neverland. Non... L'inconnu savait des choses sur ce monde. Des choses que personne d'autre ne savait. Il connaissait donc Neverland. Elle ne pouvait y retourner. Quel que soit le monde dans lequel elle ira, il la retrouvera. Mais enfin, que lui veut-il? Qu'a-t-elle fait pour subir la surveillance d'une personne dont elle ignorait tout? Ignorait...?
Elle erra dans l'appartement. L'endroit, qui d'habitude ressemblait davantage à une décharge qu'à un taudis, se trouvait à présent extrêmement bien rangé. Et là, elle s'en rappelait...
Avant d'atterrir en Neverland, Arvin était à Cairns, en Australie. Ainsi, elle ressortit de l'appartement et partit dans une compagnie aérienne acheter un billet d'avion. Lorsqu'elle rentra dans son propre appartement, elle annonça à Akira :
-Je pars demain pour Cairns.
-En Australie? Mais enfin... Pourquoi donc partir aussi loin?
-Cela ne concerne que moi.
-Tu veux le trouver, hein?
-Comment ça? Mais... De quoi parles-tu?
-Arvin. Tu penses qu'il est encore vivant?
-En effet. Et... Vu que c'était là-bas qu'il était avant de se faire happer en Neverland... Tu sauras te débrouiller?
-D'après toi, comment faisais-je lorsque j'étais à Sapporo? De plus, en ce temps, j'avais ma petite soeur à ma charge.
-Très bien...
Marjane repartit sur son portable, sans parvenir à fermer l'oeil. Elle veilla toute la nuit ; et, le lendemain, s'envola pour Cairns.

Une fois là-bas, elle partit faire le tour des agences immobilières, demandant si un certain Arvin Khomeyni avait loué un appartement, l'année précédente.
-Khomeyni? Oui, en effet. C'est à cette adresse. Il n'a toujours pas payé le loyer des trois derniers mois, d'ailleurs.
-Il est mort... susurra Marjane.
Le notaire n'ajouta rien et lui tendit le papier contenant l'adresse. Elle longea la plage avant de parvenir à un immeuble donnant sur le Pacifique. Elle prit la clef, tourna la poignée et entra.
Il ne s'était pas trompé lorsqu'elle l'avait appelé alors qu'elle était en cavale. L'appartement était dans un état déplorable. Tout traînait partout, la vaisselle s'accumulait dans l'évier, des papiers et des emballages jonchaient le sol...
Elle rentra dans la chambre. Un élément attira son oeil : le portable posé sur le lit. Elle l'ouvrit et se connecta. Il était bien stupide de ne pas protéger ses données par un mot de passe, tout le monde pouvait ainsi y accéder! Elle ouvrit Gmail, qui se connectait directement sur la session d'Arvin. Elle jeta un coup d'oeil à ses mails et grinça "Siavash, espèce de cafteur!(1) ", puis nota un email bien étrange dans la liste des envois. Le mail était daté du deux janvier deux mil seize, c'est-à-dire d'il y a deux jours. Le contenu citait :
"Salut Siavash!
Eh oui, c'est Arvin, toujours vivant!!
Je sais que ça parait dingue, mais c'est vrai!!
Si je t'ai contacté, c'est pour te donner ceci :
"C'est dans la droiture que je sacrifiai ma bonté, et que je mis en jeu les vraies Valeurs délibérément"
C'est une partie du vrai serment, la partie cachée, celle que je devais révéler devant Hawkmoon. Fëanor m'a tout révélé. Bien sûr, je ne peux pas te le dire, je ne l'ai avoué qu'à Hawkmoon, car il est bon pour lui de tout savoir. Cela l'aidera beaucoup. J'ai écrit le serment sur une feuille de papier (sauf la partie que je t'envoie), et je l'ai éparpillé au travers de mes connaissances les plus intimes, confiant le début à Fëanor. La partie qui se répète plusieurs fois, je l'ai confiée à Marji. Toi qui sais la vérité, je te prie de ne rien dire à ta soeur. Je ne veux pas qu'elle entretienne de faux espoirs. Au fait, je serai à Ispahan demain, j'y reste quelques jours."
Marjane ne pouvait le croire. Ainsi, Arvin était bel et bien vivant!! Et elle en avait la preuve concrète, présentement.
Elle actualisa la page. Un autre email venait d'apparaître. Il disait :
"Bonjour, Arvin.
Merci d'être passé me voir à Ispahan, c'était bon de te revoir. Alors c'est ça, le serment? Ca me fait penser à une chanson de Blind Guardian, "The Soulforged", que j'ai retrouvée sur un CD que Marjane a oublié chez moi. Je ne comprends pas comment elle peut écouter ce genre de musique, vive nos bonnes vieilles chansons traditionnelles! Mais j'ai jeté un coup d'oeil aux paroles, et le passage que j'ai traduit "Pour un prix convenable, j'ai banni la gentillesse de mon coeur. L'esprit de toute vérité et beauté mis en jeu de mon désir" pourrait correspondre à ce que tu m'as passé. Je suppose que tu refuses de me passer tout le serment, pour que je l'analyse. Et, tant que j'y pense, c'était ce qu'avait clamé Valinor avant de se faire descendre. Dis-moi, tu penses que les hymnes en Neverland ont été empruntés à Blind Guardian? Ou alors, penses-tu que c'est Blind Guardian qui est au courant pour Neverland et qui a pris leurs hymnes? Enfin... Ca paraît bizarre, je sais. Bref, recontacte-moi si t'en apprends plus. Je veux dire... Ne te lance pas dans une étude approfondie, mais ce serait pas mal de percer la vérité sur ce monde, non?
A plus!"
Des hymnes empruntés à un groupe de Power Metal? Si certaines personnes là-bas avaient des visions leur permettant de voir le futur, c'était bien possible. Mais Blind Guardian en Neverland... Elle doutait fort qu'Hansi Kürsch prît les paroles des hymnes déjà existants dans un autre monde, il composait toujours ses chansons lui-même! Siavash avait raison, cela donnait à réfléchir... Elle cliqua sur "Répondre" et tapa :
"Siavash, c'est Marjane. Je suis actuellement à Cairns. J'ai lu l'email qu'Arvin t'a envoyé. Je sais tout, à présent. Il est encore vivant. Et tu ne m'as rien dit! Qu'il te passe tout le serment? Mais c'est lui, le littéraire ; c'est à lui, de l'analyser! Et ne critique pas Blind Guardian, merci.
Au fait, tu penseras à me ramener "A Night At The Opera", je l'ai oublié la dernière fois. Merci!"
La réponse de Siavash ne se fit pas attendre. Et Marjane ne s'attendait pas à une réponse aussi brève :
"Rentre immédiatement à Ispahan, Marjane. Il faut qu'on discute."
Sur ce, elle éteignit le portable, le rangea dans son sac et ressortit. Elle passa à l'agence déposer les clés et reprit l'avion pour l'Iran.

Une fois à Ispahan, elle se hâta vers la maison familiale.
-Bienvenue à la maison, l'accueillit sa mère. Ca faisait longtemps que je ne t'avais pas revue.
-Papa est là?
-Non. En revanche, Siavash t'attend là-haut.
Elle monta en trombe, et Siavash se dépêcha de refermer la porte avant d'entamer :
-Alors tu sais? Décidément, on ne peut rien te cacher... Toujours à fourrer ton nez partout!
-Eh, attends une minute! C'est toi, le traître! Tu es mon frère, après tout ; tu aurais pu me le dire!
-Arvin m'a fait promettre, avec des menaces de mort, que je me devais de ne rien te dire.
-Mais enfin, pourquoi? Pourquoi aurait-il fait ça?
-Il ne veut pas te voir. Pas pour le moment. C'est comme ça, faudra t'y faire.
-Pourquoi ne voudrait-il pas me voir, hein?
-Cela ne sert à rien de pleurer. Il reviendra quand il le voudra.
-Mais toi, il est bien venu te voir!
-Et ainsi, tu as lu ses emails?
-Bien sûr! Je pressentais qu'il était encore vivant ; alors je le cherchais!
-Il m'a dit de te dire... Toi qui as tous les hymnes de Neverland dans tes CDs et ton ordinateur, prête davantage attention à leur contenu.
-Est-ce tout?
-Oui. Sa quête, pour découvrir la signification du serment, tu dois l'accomplir, toi aussi. Vu que tu parles anglais couramment, tu pourras bien les interpréter...
-Très bien...
-Au fait, tiens.
Il lui tendit "A Night At The Opera". Marjane s'en empara brusquement et repartit.
-Tu t'en vas déjà, Marji?
-Oui, il faut que j'aille parler à Akira.
Elle ressortit dans les rues et courut à son appartement. Akira s'étonna :
-Tu as fait vite!
-Tu parles aussi bien l'anglais que moi, si ce n'est mieux ; j'ai besoin de ton aide. A moi seule, je n'en viendrai jamais à bout. Il faut faire vite. Arvin... est encore vivant.
-Qu'attends-tu de moi?
-Que tu m'aides à tout traduire. Si l'on procède ainsi et qu'ensuite on analyse les traductions, alors on pourra interpréter le serment.
--
1 -> Cf. Chapitre 10 de Setârehye Chab
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #8 by Hayastan » 03 March 2008, 13:20

Chapitre 6 (Le sablier)

Arjavh longea la grande rue, emprunta une venelle et révéla la paroi. Il entra ainsi dans l'ouverture celée et descendit les marches, s'enfonçant profondément dans les sous-sols. Il marcha longuement, au travers du labyrinthe de couloirs, pénétrant toujours plus loin dans les catacombes, et finalement parvint à une paroi de mur orné d'inscriptions de langues variées et inconnues.
Quelqu'un d'autre apparut du couloir d'en face, sifflant :
-L'aurais-tu oublié, Arjavh? L'entrée est de l'autre côté!
-Je te remercie d'être ponctuel, Fëanor. Vois-tu, cela fait déjà deux mille vingt-quatre ans que je ne suis pas revenu en ces lieux, juste après que nous scellâmes le serment. Et toi, es-tu revenu ici?
-Pas que je sache.
Arjavh suivit Fëanor de l'autre côté de la paroi et ils posèrent une main sur le mur, se tenant par l'autre main. Ils incantèrent en même temps.
Le sol vibra légèrement. Une porte se dessina sur la paroi. Arjavh tendit la main et tourna la poignée.
Ils se trouvaient présentement dans une vaste pièce, ornée d'objets dont la fonction était pour la plupart inconnue. Un gigantesque sablier était posé sur un piédestal au centre de la pièce.
-Regarde, Fëanor ; le manuscrit relatant l'origine des hymnes de Neverland. Personne n'en a jamais eu la moindre idée!!
-Inspirés de vieux serments, c'est cela?
-En effet. Es-tu prêt?
Arjavh tendit la main, Fëanor sortit Stormbringer. Arjavh incanta, et le sablier se souleva. Fëanor incanta à son tour, et le sablier se retourna, avant de retomber.
-Le temps leur est compté... De nouveau, le Serment s'accomplira...
-Et si le Serment ne s'exécute pas? requit Fëanor.
-Ce Serment est notre seul espoir. Notre système solaire est voué à se dégrader, tu le sais très bien. Grâce à ce Serment, que nous créâmes et scellâmes bien des temps plus tôt, une protection, comme une sorte de bouclier, s'activera. Et pourra protéger Neverland des dégradations extérieures, ainsi que du jour où le Soleil se transformera en supernova, et brûlera tout le système solaire.
-Et pour Otherland? Ce monde est voué à se désagréger bien avant l'explosion du Soleil, n'est-ce pas?
-Regarde-les, avec leurs guerres, et leurs discordes, et leurs bombes atomiques, et leur technologie moderne...
-C'est bien toi qui es pour la modernisation, pourtant?
-Ils se sont bien trop modernisés pour moi. Ils ont poussé la haute technologie bien trop loin pour moi. L'élément le plus moderne que nous avons est un ordinateur, qui fonctionne à l'énergie de la chaleur. Eux, en Otherland, ils ont l'électricité. Ici, nous n'avons pas ce genre d'énergies. En voulant pousser au maximum la technologie moderne, ils courent à leur perte. Trop de gourmandise pour si peu de résultats. C'est pour cela que, lorsque la fin d'Otherland viendra, je ferai sonder le coeur de chacun d'entre eux.
-Mais ils sont plus de six milliards!
-Nous sommes neuf cent millions en Neverland et je peux faire ça en moins d'une période. Cela nous prendra donc environ deux mois.
-Je vois... Comme une sélection?
-En effet. Ceux qui seront prêts à renoncer à leur technologie avancée pour s'établir dans un monde utilisant principalement des ressources naturelles pourront être sauvés et accueillis en Neverland. Ceux qui, en revanche, ne souhaiteront venir ici que pour sauver leur peau et qui, une fois sur place, nous envahiront de leur technologie, resteront en Otherland et y périront.
-Et pour en revenir au Serment?
-Marjane, Akira et Arvin ont dix périodes pour interpréter les hymnes et l'accomplir. Notre devenir repose entre leurs mains.
-Mais... S'ils ignorent que le temps leur est compté et que le Serment ne s'accomplisse toujours pas dans dix périodes?
-Cela dépendra de leur Volonté, de leur désir de sauver ce monde. Ils doivent ignorer que leur temps est limité, c'est à eux de savoir s'ils se dépêchent ou non. Et s'ils ne s'exécutent pas, alors Neverland brûlera comme toutes les autres planètes.
-Enfin, Arjavh ; nous pouvons au moins leur dire qu'ils n'ont que très peu de temps! Te rends-tu compte que nous jouons nos propres vies?
-Je les vois déjà à l'oeuvre... Viens, Fëanor ; et partons à Fëalarte. Nous avons un Conseil à tenir. J'ose espérer que la Glorieuse Fëalarte n'est pas dans le même état que Noldegor.
-Tu t'en souviens encore?
-Comment l'oublier?

Ils avaient passé toute la nuit à traduire les textes de Battlefield et The Quest For Tanelorn. Les traductions, en plus de tolérer un bon niveau de langue, devaient également être parfaites.
-Akira, ça ne va pas du tout. Là, tu as traduit "Ca ne se voit pas mais il y a du sang sur l'herbe", alors que "Sans que cela se voie le sang souille la plaine" correspond mieux. Et tu as traduit "I challenge thee" par "je te défie" alors que c'est "je te conteste", tu vois bien qu'un défi n'est jamais suivi d'une phrase négative! Et ce n'est pas "la quête pour Tanelorn" mais "de Tanelorn", je m'en rappelle maintenant!
-Bonne chance.
-Comment? Tu abandonnes déjà? Je t'en supplie, Akira, traduis les autres vite fait et j'apporterai des modifications si nécessaire. J'ai un mauvais pressentiment ; il faut que l'on se dépêche!
-Passe-moi Carry The Blessed Home et The Soulforged, je m'y colle.
Elle n'en avait fait que deux sur dix, au total. Akira avait fait de grands progrès en persan, certes, mais ses traductions n'étaient pas parfaites. Et meilleures seront les traductions, plus ils auront de chances d'accomplir leur quête. En recherchant sur Internet, elle réalisa soudain que...
-Contentons-nous de traduire, pas de chercher des liens, comme Siavash pensait. Je viens de jeter un oeil aux inspirations du groupe. Cela n'est qu'une simple coïncidence! Hansi Kürsch s'est inspiré de livres contemporains, et le serment de Neverland doit dater de bien des siècles! Le fait que ces hymnes correspondent à ses textes nous permet d'avoir leurs paroles et de les interpréter, rien d'autre! Alors, ne cherchons pas de liens entre les hymnes et Blind Guardian. Bien, il se fait tard, on ferait mieux de dormir.
-Dors si tu veux, je continue.
-Très bien...
Elle reprit la traduction qu'Akira avait faite de Battlefield, puis annota toutes ses modifications. Elle la rentra dans son portable, l'imprima et s'endormit.
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #9 by Hayastan » 03 March 2008, 13:20

Chapitre 7 (Le Grand Conseil)

Le Grand Conseil, en Neverland, était l'équivalent des sommets européens(1), à l'échelle mondiale. Il était composé des dirigeants de chaque région : Arjavh, Elric, Morgoth, Ilian et Fëanor. Thebân et Wastelands comptant comme sous les ordres d'Avalon. Autrefois, Beren et Noldor se joignaient à ces Conseils. Mais, peut-être que cela valait mieux que moins de chefs d'Etats y participent. A ceux-ci s'ajoutaient d'autres dirigeants de grandes villes, des premiers ministres, des vices-autocrates et autres. Ainsi, Erekse, Rivéda, Terhali, Adsartha et Esrill(2) se joignaient aux précédents. Le Grand Conseil se réunissait tous les deux ans, afin de débattre des grandes questions et des projets en Neverland.
-Ca fait drôle... siffla Fëanor. Je suis seul à représenter l'Araman, et Valinor n'est pas ici.
-Tu sais pourtant...
-Ca ne fait rien, commençons. Tout d'abord, j'ai le grand honneur de vous accueillir dans ma ville, la Glorieuse Fëalarte.
-Ce n'est pas comme à Noldegor, se rit Arjavh.
-Et heureusement! Donc, pour suivre, j'ai eu vent de certains projets d'Elric.
-Enfin, on parle de moi!
-Tu n'as rien à vanter, pourtant, suivit Arjavh. L'un de ses projets est d'abolir les frontières avec les Red fields of none, ce à quoi...
Erekse, en train de boire un verre d'eau, recracha son contenu sur la table.
-Pardon?
-Je suis vraiment navré, Fëanor.
-Ce n'est pas grave.
-Ce à quoi je m'oppose! acheva Arjavh.
-Je souhaitais seulement créer davantage d'ouvertures, comme Fëalarte! se justifia Elric.
Ce qui eut pour seul effet de faire enrager Fëanor :
-Je t'ai déjà dit et répété de ne pas comparer ta piètre dictature à mon autocratie!!
-Par conséquent, si un seul Eldarien en venait à franchir ou à abolir mes frontières, je m'en occuperai en personne... menaça Arjavh, un éclat malveillant dans les yeux.
-Bien, très bien, je laisserai ton peuple!!
-Je pense que nous avions un autre problème concernant Tanelibon et Araman, suivit Morgoth, désignant tour à tour Ilian et Fëanor.
-Elric compte bâtir deux ponts, l'un allant en Tanelorn, l'autre sur les Eisengebirge, ce que nous autres trouvons déplorable, futile et sans intérêt, expliqua Terhali.
-Combien de fois t'ai-je dit de ne prendre la parole que lorsque tu y es invité??
-Veuillez m'excuser...
-J'ai réuni les Sages récemment, poursuivit Fëanor, menaçant Terhali avec Stormbringer, et nous avons décide d'apposer notre veto.
-Mais Alanna n'était pas d'accord...
-Je vais vraiment t'occire... Alanna ne dirige pas l'Araman, que je sache.
-Ainsi tu veux relier Eldigon à Eltagon? s'enquit Ilian. Dans quel but?
-Tout comme je voulais abolir les frontières avec les Red fields of none...
-Nous allons voter, décida Arjavh. Si la majorité vote veto, alors tu ne feras pas de ponts, Elric.
-Sinon on viendra tout casser!! s'exclama Terhali.
Fëanor l'assomma avec le plat de la lame, et clama :
-Fëalarte appose son veto aux projets d'Elric.
-Avalon pose également son veto, estima Morgoth.
-Ce qui sera également le cas pour Tanelibon, enjoignit Ilian.
-Et toi, Arjavh? supplia Elric.
-Veto, siffla le seigneur Erfonien.
-Donc, si j'ai bien compris, tout le reste de Neverland s'oppose à ce projet de ponts?
Tous acquiescèrent. Elric se tourna vers Adsartha :
-Et toi?
-Je m'oppose à un tel projet.
-Erekse?
-De même.
-Est-ce ainsi?
-Sont-ce tous les problèmes que nous devions aborder? requit Fëanor.
-Evidemment non. Nous avons un autre évènement très important à gérer. Comme vous le savez, Valinor a clamé l'hymne Avalonnais devant Noldor. Le Serment, supposé protéger notre monde, est en train de s'accomplir. S'il ne s'exécute pas, Neverland ne sera pas protégé des attaques extérieures. En revanche, s'il s'accomplit, nous bénéficierons d'une protection éternelle. Ce Serment appelle à une très grande force magique. J'ai également le regret de vous annoncer que la fin d'Otherland est proche. Ce jour venu, je ferai une sélection de ceux qui pourront accéder à Neverland, les autres périront dans leur monde surdéveloppé. Eh bien, ce Conseil s'achève donc là.

Les dirigeants se levèrent tour à tour et regagnèrent leurs terres respectives.
-Arjavh?
-Rentre à Erkshator, Erekosë.
-Bien.
Arjavh demeura un moment, avant de lancer :
-Quelqu'un t'attend dehors.
Fëanor partit ouvrir. Necia venait d'atterrir sur la grande place.
-Salut, Fëanor!
Elle l'embrassa, et il la fit entrer.
-Bonjour, Necia.
-Que fais-tu ici, Arjavh?
-Nous étions en Conseil. Alors comme ça tu sors avec la fille d'Erekosë?
-Il ne doit rien en savoir, Arjavh.
-Je sais, c'est moi qui lui ai dit que Necia était amoureuse d'un étudiant, sur le campus d'Arjëate.
-Alors toi...! Non seulement tu laisses ta nièce faire ce qu'elle veut mais en plus tu la couvres à ton propre frère?
-Erekosë est bien plus stupide qu'il n'y parait.
-J'avais remarqué, merci.
-J'ai eu une vision, tout à l'heure. Tu es en grand danger, Fëanor. Des gens te menacent. De tes vieilles connaissances.
-Mes vieilles connaissances sont Beren et Noldor, mais ils sont tous deux morts. Comment veux-tu qu'ainsi ils puissent être en mesure de me faire quoi que ce soit?
-Je n'en sais rien. Dans tous les cas, je ne peux que te dire : méfie-toi d'Alanna.
--
1 -> Réunions des dirigeants de l'Union Européenne tous les semestres, dans une des capitales européennes
2 -> Premier ministre Avalonnais
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #10 by Hayastan » 03 March 2008, 13:21

Chapitre 8 (Promesses)

Fëanor avait fait passer une demande d'enseignement à distance devant le Conseil Institutionnel. Une fois qu'il obtînt la réponse, il se téléporta en Avalon. Une fois à Silverate, il marcha vers l'Elvenab, et atteignit l'île dans laquelle reposaient les corps de Cassandra et Valinor.
-Une missive pour le Roi Morgoth.
-Ah! Bonjour, Fëanor ; je ne vous avais pas entendu arriver.
-Tu y penses encore?
-Quoi donc?
-A ce qu'aurait été ta vie s'ils étaient encore là. Tu aurais voulu tâter la fierté de Valinor lors de ton couronnement, n'est-ce pas?
Morgoth acquiesça. Parcourant la lettre des yeux, il siffla :
-Merci pour mes études, Fëanor.
-Je t'ai inscrit en dracologie majeure et tuphologie mineure. En sciences sociales, tu auras Fëalarte, Araman et Avalon. En sciences culturelles, de même. Tu auras également supputation, logique et mesure(1).
-Nous ne l'avions pas avant!
-Les SLM ne sont enseignées qu'à Fëalarte et Erkshator. A Arjëate, ils ont philosophie à la place. Tu recevras tes leçons par courrier, environ deux fois par période.
-Très bien.
-Je te l'avais promis. Alors, comment tu t'en sors, au gouvernement?
-C'est l'horreur! Voilà que Wastelands m'a envoyé une demande d'autodétermination, que j'ai bien entendu refusée tant qu'ils ne se sédentariseront pas. Et vu qu'ils n'y sont pas prêts... Thebân me demande deux cent milles crystals pour faire rénover quelques temples, et voilà que Melnibon n'est pas d'accord sur l'arrêt du conflit. Comme si cela ne suffisait pas, voila que Réothan(2) laisse échapper tous ses Aveugles! Heureusement qu'ils ne sont plus ensorcelés! Et vous, tout se passe bien?
-Alanna s'oppose à toutes mes décisions, Terhali cherche les ennuis où ils ne sont pas, Rivéda se prend pour mon homme à tout faire... Je ne sais pas si je dois m'en tenir là ou bien dissoudre les Sages.
-Pensez-vous que j'eusse bien fait d'apposer mon veto au projet d'Elric?
-C'était ce qu'il fallait faire. Si on commence à le laisser s'exécuter il nous assujettira tous. Or, Arjavh et moi sommes actuellement à la tête de Neverland. Et nous ne le laisserons pas empiéter sur notre territoire.
-C'est quoi, cette histoire de Serment?
-Ca, ça me regarde.
-Mais si tout Neverland doit en souffrir... Nous sommes tous concernés!
-Tu vois! Tu réfléchis davantage comme un autocrate plutôt que comme un adolescent. Tu fais des progrès, Morgoth. Bon, je te laisse, Necia m'attend à Fëalarte.
-Tu la vois toujours?
-C'est personnel.
Et Fëanor se dissipa.

Cela faisait seize mois, maintenant...
Ils avaient pris la Porsche et roulé jusqu'à Ardabil. Ils s'étaient arrêtés au bord de la mer. C'est là qu'Arvin prit son air le plus sérieux pour annoncer :
-Je pars pour Cairns demain.
-Comment ça, demain?
-Un ami m'a trouvé un appartement en location. Pour mon voyage d'études. Tu te rappelles, Marjane? Je suis dans une filière littéraire ; il faut que je parte au minimum un semestre à l'étranger.
-Tu pars pour longtemps?
-Ne t'en fais pas ; je ne pars que six mois. Je n'ai pas les moyens de partir pour un an.
-Tu te fiches de moi? Tu te pavanes en Porsche décapotable, avec ton PDA dernier cri et ton portable pentium quatre, disque dur d'un téraoctet, quatre giga de mémoire vive, et huit dans le processeur, trafiqué par ton pote qui bosse au magasin d'accessoires informatique! Et tu dis que tu n'as pas les moyens?
-Tu ne sais pas ce qu'est la vie.
-Comment ça? Je vis de mes propres moyens, moi aussi!
-Et c'est papa et maman qui te paient l'appartement. Quant à ton frère, Siavash, il vit encore chez eux! De plus, tu ne travailles pas. Tu ne vas quand même pas me dire que tes parents roulent sur l'or!
-Que veux-tu dire?
-Tu as fait pas mal de voyages en Allemagne, et chaque fois, tu revenais avec des CDs, et plein de produits dérivés! Et le tout de Blind Guardian, qui plus est... Tu as assisté à tous leurs concerts, sauf bien sûr les premiers, et tu es inscrite sur leurs forums, aussi bien anglophone que francophone! De plus, tu ne te prives pas ; tu manges tout le temps au restaurant! Je ne te vois jamais dans les fast-foods, même à midi! Marjinam, d'où sors-tu tout cet argent?
-Ca me regarde.
-M'enfin, tu peux me le dire!
-Non, je ne crois pas. J'ai fait jurer de n'en parler à personne tant que ce n'est pas concret.
-Tu poses nue pour des revues pornos? Tu braques des banques? Tu vends de la drogue?
-Mais enfin, non! Pour qui me prends-tu?
-Je ne sais pas ; je t'avoue que ça m'effraie. C'est légal ce que tu fais, au moins?
-Je ne pense pas.
-Ecoute, tout ce que je veux, c'est que tu t'attires pas d'emmerdes.
Marjane leva les yeux au ciel, se remémorant deux jours plus tôt, où Arvin et sa bande étaient sur leurs motos, en train de taguer "mort au nucléaire!" sur les murs du commissariat. Ils ont écopé de douze heures de garde-à-vue pour cela. Elle eut un rire et grinça :
-Je ne pense pas que tu sois le mieux placé pour me donner des conseils. Après tout, c'est ton truc, la délinquance!
-Mais enfin, comment oses-tu...
-Regarde autour de toi!
-Bon... Je te promets une chose : quand je reviendrai de Cairns, on chantera sur "Down Where I Am(3)". Rien que toi et moi. Comme tu me l'as demandé quelques temps plus tôt.
Il démarra la voiture, et ils redescendirent à Ispahan.
Et après plus d'un an :
-Arvin... Tu n'as su tenir ta promesse!! sanglota Marjane, repliée dans l'obscurité de son appartement.
--
1 -> Ou SLM, l'équivalent des mathématiques, en Otherland
2 -> Gardien d'Ahrimans à Elirate
3 -> Demons And Wizards, Touched By The Crimson King, 2005, track 9
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #11 by Hayastan » 03 March 2008, 13:21

Chapitre 9 (Blindaugen)

Marjane tenait un cahier dans lequel elle annotait toutes leurs traductions. Elle relevait quelques passages qu'Akira avait mal traduits, comme par exemple "pour un prix convenable" au lieu de "pour le prix d'une chute", "participez aux arts du ménestrel" au lieu de "joignez-vous au ménestrel", la confusion de drift et drift away, lorsque Akira avait omis le away et traduit par "dérivant" alors que Marjane corrigea par "partez d'une allure nonchalante" ; tout comme elle l'avait noté, une préposition accompagnant une base verbale pouvait grandement modifier le sens du verbe. Après, certaines retouches, comme "le salut malhonnête", alors qu'Akira avait traduit bent par "courbé", plutôt mettre "je te défends de voler mon chagrin" au lieu de "ne te risque pas", et autres modification, certes futiles pour la plupart, mais essentielles à l'élaboration de traductions parfaites. Siavash survint deux semaines après qu'elle se fut à Cairns.
-Alors, vos traductions? Ca avance?
-Eh bien... A vrai dire... Pas vraiment...
-Nous avons déjà traduit Battlefield, The Soulforged, Carry The Blessed Home, Blood Tears, The Quest For Tanelorn et The Curse Of Fëanor.
-Il vous en manque quatre. Faites vite! J'ai comme un mauvais pressentiment, et j'aimerais bien en finir une fois pour toutes à propos de cette histoire.
-Ca n'en finira jamais...
-Je te demande pardon?
-Cet homme, le voyageur inconnu... C'est ce qu'il m'a dit, lorsqu'il m'a parlé de la perpétuité des choses.
-Arvin m'a laissé quelque chose.
Siavash leur tendit le papier et siffla :
-Il ne connaît pas cette langue. Il m'a dit qu'elle n'existait pas chez nous. Peut-être une ancienne langue en Neverland, il spécule. Au départ, il songeait à l'indo-européen, mais il a très vite abandonné cette hypothèse. Tiens.
"Secern argejas measa dipas"
Et, en-dessous du papier, d'autres mots étaient écrits :
"Secern, probablement d'origine latine. Les autres semblent avoir des racines communes au grec et au sanscrit".
-Ca pourrait être de l'indo-européen?
-Tu as omis un autre mot.
"Blindaugen"
-C'est quoi?
-Je demanderai à Arvin.
-Très bien.
-Alors, je vous laisse à vos traductions.
-Secern argejas measa dipas? répéta Marjane une fois Siavash parti.
-Je n'ai aucune idée de ce que cela peut signifier. J'ai déjà du mal avec le persan!
-Tu t'es amélioré, pourtant.
-Je pense être suffisamment doué pour chercher du travail.
Akira prit sa canne, son cellulaire et sortit.

-Eh bien, monsieur Murasaki, je ne peux qu'affirmer que votre curriculum vitae est excellent, et il ne fait aucun doute que vous êtes un expert en électronique. Bien que vous n'ayez pas de diplôme d'études supérieures, je vous engagerais volontiers si...
-Si quoi?
-Si vous n'aviez pas perdu la vue. Au revoir, monsieur.
-C'est cela, grinça Akira.
Il partit vers une société d'informatique déposer sa candidature.
-Je vois que vous avez déjà des acquis en programmation, et que vous avez créé votre propre système d'exploitation, mais il y a un problème.
-Quel problème?
-Vous êtes aveugle. Comment voulez-vous travailler correctement dans de telles conditions?
-Je vois...
Akira partit claquant la porte. Il partit postuler dans un collège, son dernier recours.
-Vous aviez déjà travaillé dans l'enseignement? requit le directeur.
-Non, j'étudiais en informatique et électronique.
-Vous postulez donc pour le poste de professeur de technologie?
-En effet.
-Ecoutez, autant vous le dire de suite...
-Je suis non-voyant, je sais, et par conséquent je ne peux trouver de travail nulle part!! On pense que je ne saurai pas réussir à faire telle ou telle chose, on me juge incompétent, inapte à tout alors que cela fait trois ans que je vis seul et que je m'en sors parfaitement bien avec ma petite soeur à ma charge; mais enfin, n'avez-vous donc aucune conscience? C'est vous qui êtes aveugle, vous ne voulez même pas reconnaître que les personnes handicapées sont tout aussi capables que les personnes "normales", mais où est donc passé votre sens de l'égalité? Je vois, si je veux du travail, je n'ai qu'à tenter en Europe, peut-être que là-bas au moins ils seront plus tolérants.
-Attendez... Etes-vous vraiment qualifié pour le domaine électronique et informatique?
-Vous avez lu mon CV, oui ou non?
-Vous pensez que votre handicap ne vous gênera pas pour enseigner? Vous n'avez pas peur que les élèves en profitent afin de devenir davantage turbulents?
-Je saurai les gérer.
-Je vous mets à l'essai. Deux semaines. Soyez demain en salle des professeurs à sept heures trente.
-Bien, j'y serai. Je vous remercie.
-A demain, monsieur Murasaki.
Akira quitta le collège, reprit le bus et retourna à l'appartement.
-J'ai eu le poste!
-De quoi? Ingénieur en électronique?
-Professeur de technologie. Ils me mettent à l'essai pendant deux semaines!!
-C'est génial, Akira!
-Je ne comprends pourquoi la situation des handicapés vis-à-vis des employeurs ne s'améliore pas ; il faudrait qu'ils les jugent par leurs compétences, et non pas par leur incompétence.
-Je sais... Mais c'est super, qu'il te mette à l'essai! Mais... Tu ne crains pas que tes élèves en profitent pour ne rien faire?
-J'ai payé ma canne quelques millions de yens, et c'est la plus performante qui existe. Grâce à elle, c'est comme si j'y voyais de nouveau. Alors, je pense que ces jeunes imbéciles n'auront qu'à bien se tenir, avec moi.
-Bien...
-Au fait, tu as continué tes traductions?
-J'ai traduit Time Stands Still et The Eldar, il n'en manque que deux.
-Cela fait deux semaines que l'on traduit, on peut ralentir un peu, non?
-Je ne pense pas. Après, il faut l'interpréter. Le Serment. Des bouts de papier qu'Arvin a disséminés de par le monde!
-Il n'a dû le donner qu'à certaines connaissances.
-Mais il connaît tant de monde!
Marjane mit le papier sur lequel elle avait recopié le Serment appartenant à Siavash au-dessus du sien, et lut :
" C'est dans la droiture que je sacrifiai ma bonté, et que je mis en jeu les vraies Valeurs délibérément. Depuis le feu ardent, la duplicité de l'âme nous illuminera. Depuis le feu ardent, l'Immaculée trahison régnera. Sans altérer les consciences, nous partirons."
Et les mots inconnus :
" Secern argejas measa dipas"
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #12 by Hayastan » 03 March 2008, 13:22

Chapitre 10 (Les étoiles Erfoniennes)

Necia balança une charogne à son dragon du haut de sa chambre et revint à sa dissertation. Elle devait préparer une thèse sur l'importance des rêves pour le prochain cours de philosophie. Elle commença à rédiger son introduction lorsque le souffle de l'aquilon se fit ressentir dans son dos. Se retournant :
-M'enfin, Fëanor ; que fais-tu ici?
-Je ne voulais pas t'attendre à Fëalarte. Je ne savais pas si tu allais venir.
-Mais Erekse, Thorin et Arjavh sont juste en bas!
-Ils ne vivent pas pour nous.
L'attirant dans ses bras, suivant :
-Et on ne vit que pour nous. Ce n'est pas du contrôle de tout l'Araman dont j'avais besoin. C'est de toi. Tu viens? J'ai remarqué, en arrivant, que les étoiles Erfoniennes rutilent dans le firmament.
-Et on sort comment?
Fëanor se tut et la téléporta sur la rive du lac.
-Le crépuscule est magnifique sur Erkshator. Mais à Fëalarte, il l'est encore plus. Lorsque les astres s'illuminent, et que le Soleil vient embraser le Fëanagletscher(1) et la plaine enneigée, mêlant ses rayons à l'éclat du lac de lave, provoquant des reflets chatoyants sur Fëalarte, créant des images colorées dans l'azur. Du haut de la Grande Tour, on a l'impression qu'elles nous entourent!
Des bruits de pas se firent entendre au loin, semblant se rapprocher.
-Quelqu'un vient!
-Ne prête pas attention. Ce soir, ce n'est que toi et moi.
Et il l'embrassa avec fougue. Elle répliqua passionnément, avant d'entendre un homme pousser un cri.
-Fëanor!!

L'homme tremblait, incapable de dire quoi que ce soit d'autre. Il avait un air de dément. Un autre homme se tenait à ses côtés, éclatant d'un rire daubeur. Fëanor s'écarta légèrement de Necia. L'homme sortit son yatagan et grinça :
-Eisengeist(2).
Fëanor le bloqua et rétorqua :
-Stormbringer. Eisengeist, c'est moi qui l'ai forgée, souviens-t'en.
-Que... que... que fais-tu? Fëanor, que fais-tu avec ma fille? Comment oses-tu porter tes mains infâmes sur elle? Je t'ai dit de ne pas l'approcher ; et toi, tu... tu...
-Du calme, Erekosë. Comment te risques-tu à m'invectiver ainsi? Je ne suis pas Noldor ; est-ce utile de te réitérer qu'il n'est plus en ce monde?
-Et toi, tu te laisses honnir par ce scélérat? Et ton copain, à Arjëate, tu en fais quoi?
-Elle n'en a pas, intervint Arjavh. J'ai tout inventé, afin qu'elle et Fëanor puissent se voir sans que tu n'en saches rien!
-Alors tu m'as dupé, félon?
-Tu t'obstines à l'amblyopie, Erekse.
-Si elle reste avec Fëanor, il finira bien par lui être infidèle un jour ou l'autre!
-C'est pour cela qu'ils ne t'ont rien dit! Ils se doutaient bien que tu allais réagir de la sorte!! Venez, on rentre ; nous y serons bien mieux pour parler.
Ils retournèrent à la ville, et trouvèrent Thorin occupé à lire. Ce dernier se leva, et, dans une embrassade, clama :
-Bonsoir, Fëanor! Je ne savais pas que tu étais ici. Tu vas bien? Tout se passe pour le mieux à Fëalarte?
-Tout va bien, merci à toi. Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas vu.
-En effet. Je vous en prie, asseyez-vous! Eh bien, Erekse? Tu te sens mal?
-Je l'ai vu! Il a embrassé ma fille!! Comment veux-tu que ça aille? Et... et Arjavh qui m'a tout dissimulé!!
-Je suis au courant ; Arjavh m'en a fait part.
-Comment? Alors, tout le monde sait que ma propre fille fréquente ce fourbe sauf moi? Et toi, tu laisses faire?
-Tu es son père ; c'est à toi de t'imposer. Pour ma part, je trouve que c'est une bonne chose pour Fëanor. Après tout ce qu'il a vécu, le voir capable d'aimer une personne sans la massacrer est... Laisse-le!
-Merci du compliment, je n'ai massacré personne à part Noldor et son armée, récemment, et de plus c'était pour la bonne cause, grinça Fëanor.
-Eh bien, qu'il se trouve quelqu'un d'autre! Necia est bien trop jeune.
-Je ne suis plus une gamine!
-Tant que tu vivras sous mon toit, c'est moi qui te gérerai. Tu verras, je trouverai bien un jeune homme dans Erkshator ou Arjëate qui nous conviendra à tous deux et je vous ferai marier par la suite et puis...
-Mais j'aime Fëanor!! hurla Necia, au bord des larmes.
-Allons, trêve de futilités!
Fëanor se courba devant Erekse, leva la main gauche, le mirant d'un air grave.
-Erekse, père de Necia, je te demande de m'accorder la main de ta fille.
-Co... comment?
-Fëanor...
-Comment oses-tu? Je réfute!!
Fëanor se tourna vers Arjavh, qui posa sa paume contre la sienne :
-Par le lien de parenté qui nous unit, Erekse, Thorin et moi, je déclare solennellement que tu as ma parole. Tu épouseras Necia.
-M'enfin, Arjavh... Ce n'est pas raisonnable!!
-Nous célébrerons notre mariage le 2/6/5/4628 à Fëalarte.
-C'est ce que tu veux...? susurra Necia.
-Si tu le veux.
-Oui... oui, c'est ce que je veux!!
Elle se jeta dans les bras de Fëanor et l'embrassa avec ardeur, sous les regards émus d'Arjavh et de Thorin, et celui rageur d'Erekse.
-Eh bien, qu'il en soit ainsi! A présent, je m'en dois rentrer à Fëalarte. Contrairement à certains, j'ai des corvées qui m'attendent, siffla Fëanor avec un regard très appuyé sur Erekse.
-C'est ça, tire toi.
Alors que Fëanor se dissipait, Erekse se tourna vers sa fille, la gifla et hurla :
-Non mais c'est pas vrai, fille de catin, tu es complètement conne!!!! Dégage, je ne veux plus te voir ici!!
-Enfin, Erekse... commença Thorin.
Arjavh la conduisit dans sa chambre et boucla ses affaires tandis qu'Erekse continuait de hurler :
-Déshonneur!! Opprobre!! Je la bannis de cette maison, elle ne mérite pas de demeurer ici une seule seconde de plus!!
Alors qu'ils redescendirent, Thorin prit Necia dans ses bras et lui susurra :
-D'après ce que je constate, Arjavh va t'emmener avec lui.
-Pourquoi Erekse m'a-t-il bannie?
-Lui et Fëanor ne se supportent pas, et, bien que je fusse favorable à cette idée d'union, lui ne l'est pas. Au revoir, Necia ; je passerai vous voir à Arjëate.
Arjavh posa une main sur l'épaule de sa nièce, et la téléporta. Une fois arrivés à destination, il lui enjoignit :
-J'ai transporté toutes tes affaires chez moi. Il est préférable pour toi que tu restes à Arjëate ; et surtout, ne retourne à Erkshator sous aucun prétexte...
--
1 -> Glacier dominant Fëalarte
2 -> Esprit de fer (mots allemands)
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #13 by Hayastan » 03 March 2008, 13:23

Chapitre 11 (Invocations)

Akira était parti très tôt de l'appartement, afin de ne pas arriver en retard pour son premier jour. Il activa l'option lecture de sa canne, et braqua le laser vers le mur. Il tomba sur le plan du collège et joignit la salle des professeurs.
-Bonjour à tous!!
-Ah, vous êtes en avance! Chers collègues, je vous présente monsieur Murasaki, professeur de technologie à l'essai.
-Pourquoi se trimballe-t-il ce bout de métal avec lui?
-Je suis désolé de ne pas vous avoir avertis, mais monsieur Murasaki est non-voyant. Bien, je vous laisse plus amplement faire connaissance.
Le directeur sortit, et un homme s'adressa à Akira :
-Vous êtes aveugle et vous voulez enseigner?
-En effet.
-Enchanté, je suis le professeur Khayam, mais vous pouvez m'appeler Siamak. J'enseigne le persan.
-Murasaki Akira. Professeur de technologie, à l'essai durant deux semaines.
-Bienvenue parmi nous, cher collègue. Voici ce que m'a remis monsieur le directeur.
Akira braqua le laser de sa canne sur les papiers, et prit connaissance de son emploi du temps.
-Bien, je ferai mieux d'y aller, ça va bientôt sonner.
-Bonne chance!
Akira parcourut les couloirs, et entra dans la salle. Tous les élèves étaient déjà assis.
-Bonjour à tous. Je suis le professeur Murasaki, et je suis à l'essai durant deux semaines. Si je réussis, alors je serai votre professeur pour le restant de l'année. Pour ceux qui auront remarqué, je suis non-voyant, mais cela ne devrait pas nous perturber le moins du monde... Silence pendant que je fais l'appel!
Il nota les noms des absents sur un bout de papier qu'il remit au surveillant, et suivit :
-Bien! Puisque vous êtes en première année de collège, nous allons commencer par un exercice facile. Tout d'abord, mettez-vous sur les ordinateurs et loggez-vous. Puis, ouvrez Excel.
-Pardon, mais nous n'avons pas encore vu cela.
-Alors il est temps d'apprendre! Toi, au fond ; que fais-tu? Si c'est des devoirs que tu rattrapes, range-moi ça immédiatement ; tu crois que je ne t'ai pas vu? Loggez-vous et après, vous faites comme suit : vous tapez sur la touche windows et en même temps sur la touche R. Vous avez une fenêtre exécuter qui apparaît. De là, vous tapez excel comme je l'écris au tableau et vous faites entrée. Une fois dans le tableur, nous verrons les fonctions essentielles. Toi, viens ici, et distribue les polycopiés suivants. Vous faites tout le TP. Vous avez toute la première heure. Dans la deuxième heure, nous analyserons l'aspect électronique d'un ordinateur. Exécution!
Akira attendit la fin des deux heures et se rendit dans la salle des professeurs lors de la pause.
-Un café? proposa Siamak.
-Pas de refus.
-Comment s'est passé votre premier cours?
-Pas mal, mais ils en profitent souvent pour rattraper des cours ou des devoirs. Font-ils ça avec tous les autres professeurs?
-Ne vous en faites pas ; c'est très commun.
-Bien, va falloir que j'y retourne. Je ne finis pas la journée avant cinq heures ce soir.
-Bonne chance!

Akira rentra à l'appartement, complètement éreinté. Marjane s'enquit aussitôt :
-Alors, cette première journée de cours?
-Horrible.
-J'ai une bonne nouvelle!!
-Tu as fini les traductions?
-Pas encore, mais Siavash a revu Arvin. Il lui a dit que le Blindaugen devait être un langage de Neverland, bien que la langue officielle de là-bas soit le persan. Et il m'a fait transmettre d'autres inscriptions. Regarde!
"Atipa vrasto varate nitya dayas, bados ferisa uvanos"
-Le langage, c'est du Blindaugen. Mais je n'y comprends que dalle!!
-Arvin n'a rien dit d'autre à Siavash?
-Pourquoi ne veut-il pas me parler?
-Je n'en sais rien. Au fait, tu en es où, des traductions?
-J'ai presque fini. Mais j'étais en cours, aujourd'hui.
La semaine suivante, Siavash vint les voir, accompagnés d'un homme que Marjane avait déjà vu auparavant.
-Le voyageur inconnu!! s'exclama Marjane.
-Avez-vous fini les traductions?
-En effet. Mais... Que nous voulez-vous?
-Vous avez les invocations?
-Quelles invocations? requit Akira.
-Secern argejas measa dipas. Atipa vrasto varate nitya dayas, bados ferisa uvanos.
-Ah, le Blindaugen?
-C'est cela même.
-Vous savez ce qu'elles signifient, ces phrases... enfin... ces invocations, comme vous dites?
-Non. Mais je connais deux personnes en Neverland qui savent parler ce langage couramment. Je sais aussi que c'est la langue ancienne de Neverland, un peu comme vos langues mortes.
-Mais enfin, d'où venez-vous? Qui êtes-vous?
-Tu le sauras en temps voulu. Ces deux personnes pourront vous aider, à condition de savoir où se trouve le Cercle. L'ordre est enfin rétabli, la liaison la plus proche est à Elam.
-Les anciens vestiges de Suse... Et qui sont ces deux personnes?
-Arjavh et Fëanor, les dirigeants de Neverland.
-Les autocrates des Red fields of none et d'Araman?
-C'est cela même.
-Donc, il nous suffit de les trouver et de leur demander la signification de ces textes?
-Je l'ignore. Voyons un peu vos traductions...
Il parcourut les fiches des yeux. Puis, d'un air suffisant, constata :
-Comment as-tu obtenu des traductions parfaites?
-C'est très simple : il suffit de se mettre a la place du compositeur et de faire comme s'il avait à les chanter en persan!
-Je vois que ta "dévotion" à Hansi Kürsch, faute de meilleur terme, n'a pas été un défaut à tous deux.
-Ma dévotion?
-Je n'ai pas trouvé de meilleur mot. Bien, à présent, je m'en dois aller.
Et il se dissipa. Marjane reprit les textes et suivit :
-Et on fait quoi, maintenant?
-C'est très simple : on va à Suse et on retrouve Fëanor et Arjavh.
-Au fait, avant que vous ne partiez, Arvin m'a également laissé ceci.
Marjane et Akira se penchèrent sur ce que Siavash tenait entre ses mains.
-Le Serment...
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #14 by Hayastan » 03 March 2008, 13:24

Chapitre 12 (Reniement)

Arjavh vint réveiller Necia à une heure cinquante le lendemain.
-Allez, debout ; tu as cours dans une demi-heure(1).
Elle se prépara, revêtit son uniforme et descendit dans la salle à manger.
-J'espère que cela conviendra. Je t'en prie, prends place.
Alors qu'elle mangeait une pomme, Arjavh annonça :
-J'ai convié Fëanor à se joindre à notre dîner, ce soir.
-Comment? Tu... tu as invité Fëanor??
-Ca te surprend?
-Erekse ne l'aurait jamais fait...
-Allez, dépêche-toi. Ce n'est pas parce que tu es à côté de l'Institut que tu peux te permettre de traîner. Passe une bonne journée!
-Tu ne restes pas?
-Je suis débordé, aujourd'hui. Elric a poussé les troupes Eldariennes au-delà de la limite imposée, malgré mes avertissements.
Necia prit ses affaires et marcha jusqu'au campus. Pour une fois qu'elle n'avait pas à stresser à l'idée d'arriver en retard! Décidément, elle était bien mieux ici qu'à Erkshator...
-Yishana, attends!
-Salut Necia. Tu es en avance!
-J'ai quelque chose à te dire...
Et, alors qu'elles allaient en direction de l'Institut, elle lui raconta les évènements de la veille.
-Vraiment? Fëanor t'a demandé en mariage?? C'est pas vrai, je ne peux pas y croire!!
-C'est pour ça qu'Erekse m'a bannie de la maison.
-C'est pas possible... C'est vraiment un couillon, ton père!
-Tu l'as dit.
-Et tu vis où, maintenant?
-Quand Arjavh a su qu'Erekse m'avait bannie, il a pris mes affaires et m'a emmenée ici, à Arjëate.
-Tu vis chez le seigneur Arjavh??
-C'est mon oncle.
-Pas possible... Mais pourquoi tu ne m'as rien dit?
-Je pensais que ça ne t'intéresserait pas.
Necia répondait toujours cela, sachant que Yishana était une professionnelle des clabaudages en tout genre.
-Bon, on va en cours?
-Alors tu vas vraiment épouser Fëanor? T'en as de la chance!!
-N'ébruite pas tout ce que je viens de te dire!
-T'inquiète. Bon, on ferait mieux d'y aller. J'ai croisé le professeur de philosophie, et il avait l'air de très mauvaise humeur...
-Et c'est parti pour six heures cinquante de cours...!

Et alors que Necia et Yishana se prenaient la tête avec les deux heures de philosophie tant redoutées, Arjavh se heurtait à un autre problème.
-Je te l'avais dit, Elric.
-Comment cela? Tu ne m'as rien dit du tout!!
-Au Grand Conseil. Si tu t'avises d'abolir les frontières avec les territoires Erfoniens, je vais y aller franchement : ça va chier pour vous tous.
-Par Mithra, j'ai peur! se gaussa le despote.
Arjavh rapprocha ses deux mains, et invoqua :
-Prabal argejas gatser rajil sraima!! psalmodia le seigneur Erfonien.
Une lueur aveuglante jaillit de ses mains et vint frapper le monarque qui se vit propulsé par la force de l'explosion. Arjavh s'avança et réitéra son invocation. Le camp militaire fut refoulé quelques centaines de mètres en arrière.
-Du Blindaugen... grinça Elric.
-Et que je ne te reprenne plus à t'opposer a moi.
Sur ce, il se retourna et s'apprêta à repartir.
-Attendez, Arjavh!
-Qui es-tu, toi?
-Adsartha, j'étais la suivante de Beren.
-Tu vas pouvoir te réjouir, je le sens approcher.
-Beren? Mais, il est mort!
-Ah, tu penses? Un Mage est immortel, mais il peut être tué. Un peu comme les déités. Seuls les Aveugles ne peuvent pas être tués. Remarque, quand tu vois leurs pouvoirs... Ce que je viens de faire, à côté, ce n'est rien, comparé à ce dont ils sont capables...
-Qu'allez-vous faire?
-Tant qu'Elric s'obstinera à vouloir nous importuner, je le repousserai. Bien! Il faut que j'aille me changer, cette explosion m'a mis dans un état épouvantable! Et je reçois le seigneur Fëanor ce soir ; je ne peux en aucun cas me permettre de l'accueillir dans cette tenue!
-Bien...
-Bonne chance avec Elric!
Arjavh regagna Arjëate et revêtit sa plus belle tenue, puis attendit Necia à dix heures(2).
-Alors, les cours?
-Pas terrible...
-Va t'asseoir au salon, Fëanor ne devrait pas tarder.

Une heure plus tard, Fëanor franchit les portes du palais pyramidal. Il portait une broigne en satin noir, sertie de deux bandes argentées le long du col, ainsi qu'un pantalon assorti et des cuissardes de cuir noir, fermées par des lanières pourpres. Il avait posé un diadème orné d'une escarboucle rutilante sur sa longue chevelure brune, provoquant des lueurs coruscantes dans ses magnifiques yeux gris. A sa ceinture, il avait accroché Stormbringer, le cimeterre réputé pour avoir occis le despote Noldor, soigneusement rangé dans sa gaine brodée d'or et de cuivre. Il s'avança d'un air altier, le pas éthéré, et s'arrêta en face d'Arjavh.
-Bienvenue à Arjëate, Fëanor. Necia!! Ramène-toi!
Necia, quant à elle, avait troqué son uniforme contre une robe légère, en soie turquoise, reluisant de tous diaprures.
-Fëanor... Tu es magnifique!!
-Je pourrais en dire autant de toi, répliqua l'autocrate Aramanéen tout en l'embrassant.
-Venez, les incita Arjavh, on passe à table. Cette journée m'a donné faim.
Alors qu'ils mangeaient, Fëanor requit :
-A présent qu'on n'est plus obligés de se cacher d'Erekse... Alors, Arjavh ; dure journée?
-Elric a pénétré mes terres, j'ai dû le repousser à coups d'incantations.
-Ne me dis pas que tu as fait usage du Blindaugen...
-Il le fallait bien!
-Qu'est-ce donc le Blindaugen? s'enquit Necia.
-La langue ancienne de Neverland.
-Alors pourquoi l'utilisez-vous dans vos invocations?
-C'est une histoire très ancienne, qui remonte à plus de deux mille ans. Finissez de manger ; par la suite, toi et Fëanor irez dormir, et s'il le souhaite, il te dira tout cela.
-Fëanor dort ici ce soir?
-Pourquoi pas? De toute façon, j'ai réglé tout ce que j'avais à faire à Fëalarte, il ne reste que la réunion de demain à propos du budget mensuel.
A la fin de l'agape, Necia et Fëanor montèrent dans sa chambre, et s'assirent au bord de la fenêtre.
-Bien dommage que les hautes montagnes masquent le crépuscule...
-Fëanor... C'est quoi, cette histoire d'invocations et de Blindaugen?
-Tu en es vraiment sûre et certaine?
-Evidemment!!
-Ce secret, que seuls Arjavh et moi recelons ; Erekse l'a découvert peu après l'existence du Serment. Mais il ne voulait pas l'admettre. Alors, il a réécrit l'Histoire de Neverland. Et a falsifié les dates, les évènements, les lieux, et tout le reste. La vie de ton père ne repose présentement que sur des mensonges. C'est pourquoi il est damné ; il ne peut se racheter, et se trouve incapable de redire la véracité des choses. De plus, son immortalité trahit le fait qu'il soit condamné à errer et à rester reclus dans ses mensonges éternellement. Cela n'en finira jamais...
-Comment ça? Que veux-tu dire?
-Ce que je veux dire, c'est que cette véracité-là a rendu Erekse complètement fou. Et... Si tu l'apprends toi aussi, je ne veux pas que la même chose t'arrive.
-Je ne suis pas Erekse.
-Et heureusement pour toi! Alors, es-tu prête?
-Mais oui, enfin!!
-Me jures-tu que tu ne répéteras cette histoire à personne?
-Oui!
-Me le jures-tu sur le Serment qui protège Neverland?
-Oui!
-Enfin, me le jures-tu sur notre future union et tout ce que nous pourrons entreprendre?
-Oui!
-Alors approche ; et sombre dans un secret dont tu ne pourras plus jamais te séparer...
Necia se blottit dans les bras de Fëanor, qui entama son histoire.
--
1 -> Equivaut à cinquante minutes, en Neverland. Une journée comporte vingt heures, une heure comporte cent minutes.
2 -> Environ dix-sept heures, en Otherland
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Unread post Post #15 by Hayastan » 03 March 2008, 13:26

Chapitre 13 (Les anciens serments)

Marjane jeta un oeil aux papiers que tenait Siavash :
-Ca n'a aucun rapport avec "The Soulforged"!
-D'après Arvin, ce sont d'anciens serments. Passe-moi la traduction de "Blood Tears", veux-tu?
Elle lui tendit son carnet, et il nota :
-Là, dans le serment nommé "déchirures sanglantes"...
-Oui, c'est une traduction possible pour le titre...
-Nous avons "chaque nuit j'hurle de douleur", et dans le serment, "le supplice des nuits éternelles". Cela correspond!
-Ouais, bon...
-Regarde un peu tes bouts de papier! Ils correspondent également à la traduction de "The Soulforged". Et... et... et dans "The Maiden And The Minstrel Knight", nous avons "une personne désespérée déplore ceux qui ont cru en nos mensonges", et dans le serment "l'impossible union", nous avons "duplicité engendrera pertes et clivages"...
-Et alors?
-Tu ne trouves pas ça étrange? Qu'importe la façon comment on compare les serments et les traductions ; cela coïncide!!
-Où veux-tu en venir?
-Ne vois-tu donc pas?
Marjane réfléchit un instant avant d'en déduire :
-Alors, ce n'est pas une coïncidence!! J'en suis sûre, maintenant ; Hansi Kürsch sait pour Neverland ; il y est allé et a trouvé les serments, et s'en est inspiré!!
-Mais tes propos sont insanes!! Tu divagues, ma vieille!! Ce que je veux dire, c'est qu'il doit bien sortir tout ça de quelque part!
-Je t'écoute.
-D'après toi, qui a inspiré tous ces auteurs de fantasy?
-Qu'est-ce que j'en sais?
-Leur inspiration doit bien venir de quelque part! Si on trouve la source, alors on trouvera le lien entre les serments et les textes de Kürsch!
-Tu penses?
-Faudra demander ça une fois en Neverland. Dans tous les cas, il n'a pas écrit ces textes-là par hasard ; c'est impossible!!
Marjane se reconcentra sur les serments. Une inspiration supérieure? Etait-ce possible? Un serment se réalise bien un jour ou l'autre. Etaient-ils en train de s'accomplir à l'heure où ils spéculaient dessus? Se pouvait-ce?
-Allez, je dois y aller. J'ai cours, moi, demain!
-Bonne nuit!

Le lendemain, Marjane et Akira, qui avaient la journée de libre, partirent se promener dans les jardins. Ils tombèrent sur Siavash, accompagné derechef du mystérieux voyageur.
-Eh, vous deux!
-Salut, Siavash.
-Je pense que vous avez toutes les pistes en main présentement, entama le voyageur. Vous feriez mieux d'aller à Elam.
-Et comment?
-La Porsche d'Arvin, bien sûr!
Ils rentrèrent chez Marjane, prirent la voiture et roulèrent sans interruption jusqu'à la ville d'Elam. Une fois là-bas, Marjane arrêta la voiture au milieu des ruines. Ils descendirent tous. Marjane partit inspecter des fresques avec Siavash. Akira passait les murs au laser de sa canne. L'inconnu demeura immobile, au centre de ce qui avait dû être jadis un forum. Finalement, Akira posa sa main sur la paroi, et discerna des gravures.
-Marjane, Siavash, venez voir!!
-Qu'as-tu donc trouvé?
-Regardez.
-Dâyere pocht-e divâr hast, lut Marjane.
-Ca veut dire "Le Cercle est derrière le mur"! s'exclama Akira.
-En effet...
Akira s'appuya contre la paroi, avant de basculer.
-Akira!!
Marjane courut, posa ses mains sur la paroi. Elle appuya de toutes ses forces, et bascula à son tour. Siavash et l'inconnu en firent autant. Ils se retrouvèrent dans une ruelle, d'apparence plutôt familière.
-Vous êtes à Eltagon, la capitale de Tanelorn, indiqua l'inconnu.
-Fëanor réside à Fëalarte, en Araman. Arjavh réside à Erkshator, aux Red fields of none.
-Allons demander à Sammy! Il saura sûrement quoi faire! proposa Marjane.
-Si tu le dis...
Ils sortirent de la cite et marchèrent dans la plaine. Avant d'arriver au tunnel les séparant d'Avalon, une silhouette apparut.
-Je ne pense pas qu'il est nécessaire d'importuner Morgoth pour cela.
-Morgoth?? Arjavh?
-Oui, c'est moi. Morgoth, ou Sammy, comme vous aviez coutume de le nommer, est devenu Roi de la Plaine. Au fait, je ne réside pas à Erkshator mais à Arjëate.
-Comment avez-vous su que nous arrivions?
-Mon don de double-vue. Vous remarquerez que le crépuscule règne sur Neverland. Venez, on rentre.
Ils retournèrent à Eltagon se réfugier dans la Cité-Librairie, ouverte en permanence.
-Alors, si vous me disiez le motif de votre visite?
-Le Serment, la tâche qu'ils doivent accomplir, grinça l'inconnu.
-Ah oui, je ne savais pas que tu étais là également. Heureusement qu'Erekse ne vous voit pas ici!
-Comment ça va, à Erkshator?
-Pas terrible... Fëanor a demandé Necia en mariage alors Erekse l'a bannie de la famille.
-Necia sort avec Fëanor??
-Vous vous en seriez doutés. Bien, que souhaitez-vous savoir?
-Ce Serment. Et ceci.
Marjane lui montra les serments et les incantations écrites en Blindaugen.
-Eh bien... commença Arjavh.
Dovahkiin, dovahkiin, nal ok zin los vahrin
Wah dein vokul, mahfaeraat ast vaal
Ahrk fin norok paal graan
Vod nust hon zindro zan
Dovahkiin, vah din, kogaan mu draal!
User avatar
Hayastan
Barde
Barde
 
Gender: Female
Posts: 839
Group: Registered users
Location: Al-Goulag (Université du Mirail)

Next page

Return to Divers

 


  • Related topics
    Replies
    Views
    Last post

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 4 guests

cron
x

#{title}

#{text}